Macron est en crise : il pense que les journalistes ont besoin d’un psychiatre… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le président Emmanuel Macron prononce un discours lors de la Journée de l'Europe 2021 et de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, le 9 mai 2021.
Le président Emmanuel Macron prononce un discours lors de la Journée de l'Europe 2021 et de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, le 9 mai 2021.
©Frederick FLORIN / AFP

Ils sont vraiment toc-toc ?

Macron est en crise : il pense que les journalistes ont besoin d’un psychiatre…

Comme on dit dans les cours de récré, c’est celui qui dit qui y est.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Samedi dernier, le président de la République était très remonté. Il se trouvait au Portugal pour une conférence sur l’avenir de l’Europe. Et qui mieux que lui peut guider l’Europe vers des lendemains qui chantent ?

Il ne l’a pas dit si ouvertement mais une analyse serrée de ses propos montre que c’est bien ce qu’il voulait dire de façon subliminale. Actualité oblige, il a été amené à parler du Covid. Et alors il est sorti de ses gonds. Attention je n’ai pas dit qu’il a pété un câble !

Il a indiqué aux journalistes présents, qu’il y a un an, il avait lancé « un programme mondial contre le Covid ». On ne voit pas comment un président même aussi puissant et surdoué que Macron serait dans la capacité de lancer un programme mondial. Mais sans doute avons-nous mauvais esprit.

Macron a reproché aux journalistes de ne pas avoir à ce moment reconnu le « leadership moral » de la France (c’est-à-dire le sien). On comprend sa colère. De plus en plus énervé, il a noté que les journalistes couvraient de lauriers Joe Biden qui a entamé une campagne internationale contre le virus.

Et un cri est sorti de son cœur tourmenté : «  le président des Etats-Unis ne fait que ce que nous avons fait il y a un an. Et c’est à lui que vous accordez le leadership moral ? ». Sacré Joe qui ne veut pas reconnaître les mérites de Macron et qui n’est donc qu’un vulgaire copieur ! Sacrés journalistes qui préfèrent Joe à Emmanuel !

Face à ces signes d’évidente confusion mentale chez les journalistes, Macron a conseillé à ces misérables gratte-papiers de consulter un psychiatre ! Un psy freudien, jungien, lacanien ? Macron n’a pas précisé. Il nous paraît clair que le chef de l’Etat est régulièrement la proie de troubles obsessionnels compulsifs. Devrait-il lui aussi consulter ? Pas sûr car le narcissisme n’est pas considéré comme une pathologie mentale.

Il y a longtemps dans les années 20, la France a eu un président fou. Il s’agissait de Paul Deschanel. Il était descendu de son train et il fut retrouvé en pyjama errant le long de la voie ferrée. Ça ne  risque pas d’arriver à Macron : il ne prend jamais le train. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !