Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Crédits Photo: LIONEL BONAVENTURE / AFP

Guerre mondiale dans le monde

Écrivains engagés par l’armée française : l’avenir de l’ordre mondial est-il prévisible par la fiction ?

Le ministère des armées va créer "Red Team", une cellule composée d’auteurs de science-fiction, visant à mettre en avant ses capacités d’innovation.

Christian Chelebourg

Christian Chelebourg

Professeur en Littérature française et Littérature de Jeunesse - Président du Centre d’Études et de Recherche sur les Littératures de l’Imaginaire (CERLI).

Voir la bio »

Atlantico : Quels avantages (et inconvénients) ont les auteurs de SF que les planificateurs n’ont pas ?

Christian Chelebourg : Avant de répondre à la question, il faut en faire un peu l’historique. C’est au lendemain du 11 septembre que l’on s’est avisé que le scénario des attentats avait été « annoncé » par Hollywood alors que les spécialistes ne l’avaient pas vu venir. A partir de là, les politiques ont pris conscience qu’il faudrait peut-être écouter les auteurs en plus des militaires. Mais il faut bien comprendre que la coïncidence entre certaines fictions et la réalité procède d’une lecture rétrospective :

  • l’affiche de Die Hard en 1988 ressemble aux attentats contre le World Trade Center mais ne les annonce en rien.
  • Disney a retiré de Lilo & Stitch la scène d’un jet frôlant des gratte-ciel : ils ne l’auraient jamais tournée si les scénaristes l’avaient pensée « réaliste ». 

Bref, rien ne prouve qu’une Red Team, avant le 11 septembre 2001, aurait anticipé ce scénario-là plutôt qu’un autre. L’avantage des auteurs contrairement aux experts militaires, c’est qu’ils peuvent négocier avec toutes les contraintes. C’est donc leur liberté d’imagination. Mais c’est aussi leur point faible, puisqu’in fine, il faudra sélectionner des scénarios crédibles, des scénarios auxquels on puisse se préparer.

 

Cette démarche de l’armée française sous-entend que les écrivains de fiction ne sont pas sous l’influence de la conjoncture géopolitique et politique. Est-ce exact ?

Les écrivains scrupuleux font des recherches précises qui leur donnent un certain niveau d’expertise. Ils connaissent les situations politiques et géopolitiques aussi bien que les militaire ou les journalistes. Leur atout, c’est que l’imagination est prompte à changer les contraintes en opportunités, autrement dit à ne pas se laisser enfermer dans une apparente impossibilité. En outre, ils jouissent d’un atout culturel de taille : ils peuvent puiser des idées éprouvées dans le passé, dans le foisonnement des littératures de l’imaginaire. Ils peuvent établir des liens, des connexions, entre des situations très différentes.

 

Que faut-il pour que le scénario imaginé par un auteur de SF se réalise, ou du moins fasse écho à une situation réelle ?

Un bon écrivain d’anticipation extrapole des travaux scientifiques déjà en cours au moment de l’écriture. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’il puisse passer pour visionnaire après coup : Jules Verne, enfant, avait vu évoluer l’un des premiers sous-marins, par exemple. Son Nautilus en découle. Il apparaît visionnaire après coup parce que la littérature a permis de s’affranchir des contraintes techniques plus vite que la science et l’industrie. C’est bien ce type de SF qui intéresse la Red Team, puisqu’on parle de « visionnaires » dans l’article joint.

Orwell ou Huxley nous fascinent aujourd’hui par autre chose, qui est l’anticipation sociale. Leur succès tient aux affinités naturelles de ce type de SF (l’utopie pour le dire vite) avec la philosophie politique. C’est la pertinence de leur analyse globale que l’on met en valeur.

 

En quoi le fait que les perspectives d’avenir à l’échelle nationale ou internationale et sur les plans politique, économique et social soient prévisibles par des auteurs de fiction est-il à la fois utile et inquiétant ?

L’un des facteurs qu’il ne faut pas négliger tient au sens du spectaculaire : le 11 septembre était un attentat à grand spectacle. S’il ressemble tant à des choses annoncées par le cinéma, la BD ou autres, c’est aussi qu’il s’en inspire. Le soldat volant du 14 juillet paraît tout droit sorti de comics ou d’un film parce que, là aussi, il s’en inspire. Dans ces conditions, la fiction prédit moins qu’elle ne programme l’imagination. Tout le drame est que le terrorisme, pour impressionner, tend aussi à suivre la logique de surenchère à l’œuvre dans les fictions. Il est donc utile de pouvoir anticiper cette surenchère, mais évidemment dangereux de l’alimenter, même si on ne peut pas le reprocher à la fiction. A la fin de Tomorrowland des studios Disney, le méchant souligne la fascination de l’apocalypse dont souffrent nos sociétés. Il faut en effet y prendre garde et, tout en anticipant le pire, prévoir une place pour l’espoir. Nous tendons à ne plus bien distinguer la réalité de la fiction, c’est d’autant plus dangereux que celle-ci se complaît dans le catastrophisme à tous les niveaux. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !