Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
©ANDREAS SOLARO / AFP

Bonnes feuilles

Dépendance affective et amoureuse : comprendre comment elle fonctionne pour trouver les solutions qui marchent

La dépendance affective peut causer des troubles profonds. Comprendre son mécanisme et trouver des solutions sont possibles comme le prouve Geneviève Krebs dans son ouvrage "Dépendance affective, six étapes pour se prendre en main" aux éditions Eyrolles (18€). (2/2)

Geneviève  Krebs

Geneviève Krebs

Geneviève Krebs exerce depuis plus de 20 ans dans le domaine du coaching et de la thérapie brève, en cabinet et dans les entreprises. Son expertise se situe au niveau de l'étude des structures émotionnelles permettant de mieux comprendre les comportements et leur impact sur les actions au quotidien. Elle accompagne les individus et les entreprises dans la prise de conscience et le déverrouillage de leurs systèmes de blocage.
 
Ses recherches et expériences ont fait l'objet d'une dizaine d'ouvrages parus aux éditions Eyrolles, Afnor et Chronique Sociale Elle est aussi à l'origine de La Chaîne du Bien-Etre qui diffuse vidéos, podcasts et articles de sensibilisation dans le domaine du développement personnel, des risques psychosociaux et de la qualité de vie au travail.
Voir la bio »

J’observe les rouages de ma vie 

"Toute dépendance naît d’un refus inconscient à faire face à sa propre souffrance et à la vivre". Eckhart Tolle

Comprendre qu’on ne devient pas dépendant affectif par hasard est le premier pas vers un mieux. Comprendre que la vie nous amène plusieurs expériences semblables provoquant de la souffrance et de la frustration, dans le but de prendre conscience de certains de nos schémas, est l’assurance de ne pas être maudit comme je peux parfois l’entendre de certaines personnes, mais bel et bien que si les comportements restent les mêmes, les résultats aussi. 

Comprendre notre histoire, nos perceptions, nos décisions internes, nos peurs, nos croyances, c’est aussi mieux comprendre ce que nous tentons de rejouer ou de mettre au défi. Comprendre qu’il n’y a pas que des méchants et des gentils dans les relations toxiques, mais bien des personnes en souffrance qui agissent de façon plus ou moins dangereuse. 

Comprendre que la dépendance affective est un puissant sentiment de manque à assouvir, et que ce manque est souvent intérieur (de soi à soi- même), et que la réponse à ce manque est pour un dépendant affectif, principalement cherchée à l’extérieur, alors que les clés sont à l’intérieur. Nous sommes la réponse. Personne d’autre !

Qu’est-ce que la dépendance affective ? 

La dépendance est une souffrance qui vient d’une blessure qui a provoqué une peur incontrôlée du vide, du rejet et de l’abandon. Un déclencheur qui a fait nous sentir non-aimable, pas assez ceci ou pas assez cela et surtout qui nous maintient dans un état d’insécurité permanent et de manque d’estime de soi. Une situation qui avec le temps, les expériences et les échecs nous a mis plus bas que terre, nous faisant perdre toute confiance en nous et en l’autre. Ces états d’être poussent le dépendant affectif à développer des comportements obsessionnels et à agir avec démesure, acceptant l’inacceptable et s’investissant pour l’autre tel un sauveur, uniquement pour fuir ce sentiment de vide inconsolable. 

Je comprends que je suis la solution 

Tant que le dépendant affectif n’a pas compris que la réponse à son mal-être est en lui, il continue à la chercher à l’extérieur. Et une fois qu’il pense l’avoir identifiée à l’extérieur, au travers d’un conjoint, d’un ami, d’une activité sportive, de la nourriture, de sexe, d’alcool, etc., il pense que « l’autre ou la chose » est indispensable à sa vie, sa survie, et en devient dépendant, totalement « accro ».

Dans la dépendance affective, l’enjeu est de trouver une personne capable de combler le manque cruellement ressenti. Et pour être aimé ou apprécié, le dépendant affectif est prêt à tout. Il se demande en permanence comment être et quoi faire pour que cela fasse plaisir, pour que cela soit remarqué, pour que cela soit apprécié et qu’en retour, de l’attention, de la tendresse, de la reconnaissance ou de l’amour lui soit donné. Mais cette façon de faire est chronophage. Et le résultat obtenu ne vient satisfaire le besoin qu’un laps de temps… celui de recommencer pour avoir et avoir encore, et encore.

C’est du vécu ! 

Mathilde qui venait me consulter se plaignait de ce sentiment de solitude qui l’habitait alors même qu’elle vivait en couple, et avait des enfants. Ce vide qu’elle ressentait et la faisait souffrir, elle ne le supportait plus et pour que cela cesse, elle avait trouvé la parade du papillonnage, allant de flirt en aventure sans lendemain. Juste pour remplir l’instant et la sensation d’exister et de vivre des moments précieux durant lesquels elle avait l’illusion d’être l’actrice principale. Il lui aura fallu du temps pour se rendre compte qu’elle aurait pu divorcer ou changer cent fois de partenaires, que son état interne lui semblerait toujours aussi vide et douloureux.

L’amour et la dépendance n’ont rien en commun et n’ont rien à faire ensemble. Si sans vous en rendre compte vous vous êtes investis dans une relation pour combler un manque ou une peur de manquer, peut-être vous êtes-vous rendu compte assez rapidement que l’autre ne sera jamais à la hauteur pour combler le vide que vous ressentez. Posez-vous la question en toute honnêteté. Il aura beau faire tout son possible et tous les efforts pour répondre à vos besoins, il n’y parviendra pas. Il est nécessaire de prendre conscience qu’en tant que dépendant affectif, c’est entre les mains de l’autre que vous remettez votre capacité à vous sentir heureux, ou pas. Quelle grande responsabilité-pouvoir pour l’autre ! Et quel grand dépouillement pour vous! Il va donc falloir faire le maximum pour surtout ne jamais perdre l’autre, au risque sinon, de perdre votre bol d’énergie, votre bouffée d’air, votre espoir du lendemain, votre équilibre et votre joie de vivre. L’autre deviendra alors l’objet de votre souffrance. Il n’y a pas vraiment de place pour l’amour dans tout cela. Non?

Je comprends comment s’alimente la dépendance affective 

La dépendance est motivée par nos peurs et nos angoisses et non par l’amour, dans le cas d’une relation amoureuse, même si le mot « affection» se retrouve dans l’appellation « dépendance affective ». Ici « affection » n’a rien à voir avec sentiment amoureux, mais bien affection dans le sens d’« atteinte d’un mal-être » due à une peur incontrôlable. 

Prenez un peu de recul et demandez-vous si la motivation et l’intention profonde au moment du début de votre relation étaient sincèrement de l’amour ou l’heureux événement qui a pu vous sortir de la solitude, et combler ce sentiment de vide qui vous a si souvent tiré vers le bas. 

Il peut arriver que dans une relation, certaines circonstances ou événements nous amènent à ressentir de la souffrance. Le test est simple pour savoir si cela est dû à la dépendance ou à un souci autre. Si l’amour existe dans votre couple alors vous saurez surmonter ce passage douloureux et la relation durera dans le temps. Si la souffrance est due au fait que l’autre ne parvient plus à combler votre vide, alors la relation prendra rapidement fin, ou entrera dans des allées et venues de séparations et de retrouvailles. La séparation ultime est de toute façon inévitable. Mais le prix à payer est parfois cher. 

Si vous vous sentez comme pris au piège d’injonctions internes qui vous disent : « Reste là, elle a besoin de toi », ou « Que diraient les autres si je partais », ou « Je ne m’en sortirai pas seul », alors posez- vous sérieusement la question, de l’amour vrai ou de la dépendance ?

À propos d’amour… 

Savez-vous faire la différence entre : amour, passion, amitié amoureuse, attirance physique, tendresse et dépendance ? Amusez-vous à écrire la définition que vous avez de tous ces termes. En tirez- vous des conclusions ? Avez- vous une idée plus claire du type d’amour que vous cherchez et ce que ça pourrait vous apporter ?

J’observe mon histoire 

La souffrance est le signe visible, physique et psychologique d’un état inconscient. En acceptant de travailler sur l’origine de ce sentiment de manque et de vide, les prises de conscience se font, et la douleur s’éloigne. On dit que la personne se dissocie. 

Comprendre est le maître mot pour une transformation. Comprendre est une étape de douleur, mais incontournable pour modifier un système comportemental. 

Si vous voulez qu’un problème se résolve dans votre vie, cela doit passer par l’analyse de ce qui a provoqué la situation.

Oubliez de pointer les autres du doigt, et décortiquez votre système de pensées et de comportements. 

Savoir que vous avez créé une situation, c’est aussi savoir qu’il est possible de la déprogrammer, donc de créer autre chose à la place, qui aura d’autres effets. Une fois que l’on a compris, plus rien ne peut être comme avant. Au besoin, faites-vous aider.

Je crois au changement 

La situation n’est pas perdue. Vous pouvez transformer les choses et sortir de la dépendance affective! J’ai entendu des dizaines de fois, des personnes ayant vécu des échecs sentimentaux à répétition, me dire comme résignées, que leur chance est passée, que la situation est celle-ci et qu’elles doivent accepter que le temps du bonheur et de la sérénité soit terminé. Qu’elles ont eu leur carte à jouer, qu’elles n’ont pas su profiter des expériences et opportunités, et tant pis pour elles: c’est manqué ! Ces personnes-là ne sont pas forcément âgées. On peut être résigné à 20 ans, découragé à 30 et totalement éteint à tout âge aussi. 

Mais une personne anciennement dépendante affective peut vivre une relation sereine et épanouie avec son partenaire de vie. L’autre n’est plus là pour combler un manque et apporter le bonheur. Le bonheur est là, insufflé par soi-même. L’autre peut y contribuer tout en agissant pour son propre bonheur et sa liberté d’être et d’agir. 

Les prochains chapitres sont là pour vous aider à amorcer ce lourd changement. La deuxième partie de l’ouvrage, au travers des exercices d’introspection vous permettra d’approfondir ce travail et, par les questionnements et remises en question, d’avancer vers une forme de libération.

Extrait du livre de Geneviève Krebs "Dépendance affective, six étapes pour se prendre en main" aux éditions Eyrolles

 
 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !