Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech

Réduction des coûts de lancement

Comment SpaceX et son PDG Elon Musk sont en train de devenir pionniers de la privatisation du vol spatial

SpaceX ambitionne de réutiliser le premier étage de l'une de ses fusées Falcon 9 pour une nouvelle mission en septembre ou en octobre. L'entreprise prend de l'avance dans un domaine de recherche capital du marché de l'aérospatial : la réduction des coûts de lancement.

Jacques Villain

Jacques Villain

Jacques Villain est ingénieur, spécialiste de l'histoire de la conquête spatiale, membre de l'Académie de l'Air et de l'Espace.

Il est l'auteur de Irons-nous vraiment un jour sur Mars ? (Vuibert, février 2011)

 

Voir la bio »

Atlantico : L'entreprise spatiale SpaceX a annoncé avoir battu deux records, d'une part en envoyant son plus grand nombre de fusées dans l'espace, d'autre part en réussissant un atterrissage historique de sa fusée à Cap Canaveral. Quel est le rôle de ce nouvel acteur majeur de l'aérospatial et son lien avec la NASA ?

Jacques Villain : L'intérêt d'une entreprise comme SpaceX est d'abord qu'elle diminue les frais investis par l'Etat américain dans le domaine aérospatial, tout en lui permettant de rester leader sur le marché.

Dans les années 2000, chaque lancement coûtait 1 milliard et 60 millions de dollars à la NASA. Le Président George W. Bush et ses successeurs jusqu'à Barack Obama ont donc tout fait pour privatiser le secteur, via des partenariats entre la NASA et les entreprises du secteur aérospatial ou des aides financières étatiques.

Au-delà de la performance très spectaculaire, quels sont les objectifs développés par l'entreprise Space X ? 

Les objectifs de SpaceX s'inscrivent dans une dynamique de recherche de réduction des coûts de lancement ; jusqu'ici, les acteurs du secteur aérospatial visaient à fabriquer des fusées de plus en plus simples, afin d'utiliser moins de matériaux. SpaceX franchit clairement un cap en visant à réutiliser le premier étage de l'une de ses fusées Falcon 9 pour une nouvelle mission en septembre ou en octobre. C'est du moins l'objectif fixé par Elon Musk, le PDG de la société. S'il y arrive, il prendra une nette avance sur Arianespace par exemple, qui ne maîtrise pas encore cette technique. 

Peut-on parler d'une relance par le secteur privé de la course à l'espace ? 

Tout dépend de ce qu'on met dans l'expression "course à l'espace". 

Globalement, le secteur aérospatial peut être divisé en quatre grands domaines de recherche, que l'on peut classer par ordre de budget décroissant :

 

1 - La recherche militaire.

2 - La recherche "utile" (envoi dans l'espace de satellites de communication, de télévision..).

3 - L'exploration "humaine" (envoi d'hommes dans le système solaire). 

4 - L'exploration de l'univers (envoi de sondes automatiques dans le système solaire et l'univers). 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !