Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Un sandwich sur deux vendu en France est un burger.
©Allociné

Une nouvelle passion française

Combien peut-on manger de burgers par semaine sans danger pour sa santé ni pour sa ligne ?

Le salon du sandwich qui se termine ce 6 février est l'occasion de s'intéresser au burger, le sandwich le plus consommé par les Français. En France, un sandwich vendu sur deux est un burger. Rapide, pas cher et savoureux, il a tout pour plaire sauf son gras. Pourtant, si vous savez vous arrêter, il n'est pas nécessaire de le bannir de votre alimentation.

Arnaud Cocaul

Arnaud Cocaul

Arnaud Cocaul est médecin nutritionniste. Il est membre du Think Tank ObésitéSIl a dernièrement écrit Le S.A.V. des régimes aux éditions Marabout.

Voir la bio »

Atlantico : Le burger classique est souvent considéré comme le symbole-même de la malbouffe. Est-ce aussi nocif pour la santé qu'on le présente souvent ? S'il fallait établir une moyenne, combien de burgers peut-on s'autoriser par semaine ?

Arnaud Cocaul : Je ne considère pas le  burger comme de la malbouffe dans le sens où il s’agit de viande, de pain, de crudités et éventuellement de fromage. Certes on peut tomber dans la malbouffe si on a la main lourde en ce qui concerne les matières grasses ajoutées (sauces) ou sucres (ketchup). Le meilleur burger, c’est celui fait à la maison car on contrôle mieux les corps gras et on choisit des produits de meilleure qualité.

L’offre grandissante de burgers plus personnalisées via des petites enseignes, me semble une bonne chose. Elle est à même d’éloigner le consommateur de la monotonie alimentaire et de l’affadissement du goût. Cela peut donc être un plat équilibré à condition de bien choisir sa boisson et son dessert. On peut s’autoriser un burger 2 à 3 fois par semaine, cela me semble encore raisonnable. L’avantage du burger, c’est que la viande y est cuite à point, les cardiologues américains mettent en garde contre le fait de manger de la viande rouge plus d’une fois par semaine.

Au-delà de cette limite, quels risques pour notre santé et pour notre ligne ?

Le risque pour la santé est lié au fait qu’un gros consommateur de burgers a également d’autres travers qui l’exposent à des ennuis de santé au long cours. Si vous privilégiez ce mode de nourriture, il y a plus de risque que vous ne soyez pas adepte des légumes et des fruits mais plutôt de plats riches, de charcuterie, de fromage.  La propension à prendre du poids existe à force de privilégier ce mode alimentaire. La diversité alimentaire est une règle essentielle qui optimise votre capital santé. Plus vous mettez des couleurs dans votre assiette, plus vous faîtes le plein en antioxydants et vitamines. Un burger équilibré doit comporter des fibres (pain plutôt complet ou farine > T80 , crudités) afin d’agir dans la prévention des cancers, des maladies cardio-vasculaires et métaboliques. Le risque, également, c’est qu’en privilégiant les enseignes fast-food classiques, vous avez toujours une portion de taille identique à celle de tous les autres consommateurs donc pas forcément adaptée à vos réels besoins. En mangeant une portion trop grosse par rapport à vos besoins, vous prenez du poids indubitablement

Mais tous les burgers ne se ressemblent pas. Pour les fous de ce sandwich US, vers quels types de burgers faut-il aller ? Comment choisir son burger ? Quelle est la ligne à ne pas franchir même avec ces burgers plutôt lights voire lights ?

Il faut privilégier le burger du coin soit du petit camion, soit du petit resto local. Pour le pain, évitez le pain de mie ou le pain américain pauvre en fibres (plus la mie est blanche, plus le pain est raffiné donc riche en sucres - ce qui n’est pas top) privilégiez les pains avec une mie plus grise, de bonne tenue, avec un profil pas parfaitement géométrique ! 

Un burger fait devant vos yeux est quand même plus gouleyant qu’un burger industriel prêt à être mangé.  Un burger doit-il être light ? Pas forcément, il doit avoir du goût, avoir de la consistance, de l’épaisseur, de la résistance aux dents. 

Y-a-t-il des moments dans la journée où il est déconseillé de manger des burgers ?

Une campagne choquante des années 2000 montrait sur les abribus un hamburger avec cette interrogation : "déjà 11h ?" Comme si l’enseigne misait sur un nouveau créneau et sollicitait de nouvelles envies qui se seraient apparentées en France à du grignotage. Nous sommes fortement impliqués dans le respect des trois repas par jour à heures à peu près fixes. Il ne faut pas déroger à ce principe de bon aloi qui nous réussit plutôt bien en termes de santé publique et de maintien de notre poids par rapport à bon nombre de nos voisins.  Donc on ne mange pas de burgers à 16 h de l’après-midi ou à 10 h du matin !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !