Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
©Reuters

Ouvrez vos chakras

Bronzer idiot, c’est fini (la visite au musée aussi) : les vacances tendances cet été, c’est le tourisme thérapie

Spa, thalasso, méditation, régime bio... L'idée n'est pas nouvelle, mais la tendance du "tourisme thérapie" n'a jamais été aussi importante sur le marché du tourisme. Un révélateur de l'état de la société française actuelle.

Jean-Didier Urbain

Jean-Didier Urbain

Jean-Didier Urbain est sociologue, spécialiste du temps libre, des vacances et des voyages.

Il est l'auteur de Le voyage était presque parfait (Payot, 2008) et L'envie du monde (Breal, 2011)

 

Voir la bio »

Atlantico  : De nombreuses agences de "tourisme thérapeutique" (Cultiver son jardin en Charente-maritime- Reprendre son souffle dans le Val d'Arly, Faire silence aux ils de Lérin...) constatent une forte hausse des demandes de réservation pour cet été. Comment se caractérise ce nouveau concept de séjour  ?

Jean-Didier Urbain : Le "tourisme thérapie" s'inscrit dans la grande famille du tourisme dit "alternatif". Elle comprend le tourisme altruisme, c'est-à-dire culturel et humanitaire, où l'on voyage pour découvrir d'autres cultures ou aider des personnes dans le besoin. Elle comprend également le "tourisme thérapie", où l'on ne se déplace pas pour les autres mais pour soi, dans un but curatif. 

Concrètement, le tourisme thérapie consiste à voyager pour se ressourcer, reprendre contact avec la nature, se "faire du bien", ou encore découvrir d'autres formes de spiritualité. On ne compte plus le nombre d'agences de tourisme qui proposent des séjours et circuits avec massages en spa, soins thalasso, séances de yoga ou de méditation, initiations au bouddhisme, régimes bio...

Est-ce une nouvelle tendance dans le domaine du tourisme, ou quelque chose qui existe depuis longtemps mais dont la demande a augmenté récemment ?

C'est une tendance qui existe depuis une trentaine d'années environ. Avant, le tourisme avait pour simple but de se reposer.

Mais il y a une augmentation de la demande qui est très forte pour l'été qui arrive ; pratiquement toutes les agences affichent déjà complet pour ce genre de séjour.

Comment expliquez-vous le succès grandissant de ce "tourisme thérapie" ? Que reflète-t-il de notre société et du quotidien des Français ?

Il faut bien comprendre que le tourisme est toujours le symptôme d'une société, et qu'il évolue avec elle. On ne voyage pas de la même manière ni vers les mêmes destinations aujourd'hui qu'il y a trente ans ou au début des congés payés.

Le succès grandissant de ce "tourisme thérapie" s'explique d'abord par une volonté de retourner à la nature, la grande majorité des Français vivant dans des milieux très urbanisés.

C'est aussi un moyen d'échapper à la solitude - la ville étant un milieu qui, paradoxalement, isole - car le "tourisme thérapie" propose beaucoup d'activités de groupe.

Enfin, le succès de ce "tourisme thérapie" est aussi et surtout le symptôme d'une société française stressée et angoissée, qui va chercher ailleurs ce qu'elle ne trouve plus chez elle : le droit de ne rien faire, de ne pas aller vite, de ne pas être constamment productif mais aussi contemplatif... Il n'y a qu'à voir les gens dans le métro parisien, qui courent pour avoir la rame alors qu'ils ne sont même pas en retard, mais qui le font juste parce que les autres le font aussi pour comprendre les maux dont souffrent la société française.

Ce type de séjour touristique apporte-t-il toujours aux clients les résultats escomptés en termes d'amélioration de leur santé ? Dans quelle mesure le tourisme thérapie est-il "efficace" ?

Le "tourisme thérapie" est une forme de tourisme qui fidélise beaucoup les gens, donc on peut conclure que ces séjours sont efficaces. Après, je pense que le temps durant lequel les bénéfices de ce tourisme sont ressentis varie en fonction des personnes et de leur environnement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !