Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture

Atlantido

Aux origines de l'Atlantide (3)

Dernier volet de notre trilogie sur le mystère de l'Atlantide. Apparue dans l'œuvre de Platon il y a 2 500 ans, l'île engloutie continue de fasciner. Entre mythe et réalité. L'écrivain et historien Jacques Gossart nous livre en avant-première un nouvel extrait exclusif de son dernier ouvrage et revient sur les possibles localisations de l'Atlantide.

Jacques  Gossart

Jacques Gossart

Jacques Gossart est historien, écrivain et conférencier.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages traitant des civilisations disparues, dont La longue marche du svastika (Editions Dervy, 2003) et L'Atlantide (Editions Dervy, 2011).

Voir la bio »

Les tentatives de localisation ont promené l’Atlantide pratiquement partout à la surface de la terre. Pour originales qu’elles puissent être, beaucoup ne présentent toutefois qu’un intérêt anecdotique et, aujourd’hui, seules quelques hypothèses sont scientifiquement étayées.

Santorin

C’est durant la deuxième moitié du XVIIe siècle avant notre ère que Santorin (une des Cyclades), fut le siège d’une intense activité volcanique. Après plusieurs mois de secousses sismiques, une gigantesque éruption et un tsunami ravagèrent, non seulement l’île, mais toute la Méditerranée orientale. Entre autres dégâts, le tsunami balaya les côtes de la Crète, portant un rude coup à la remarquable civilisation minoenne.

On imagine aisément qu’une catastrophe de cette ampleur a dû marquer vivement les esprits et le souvenir peut s’en être gardé dans la mythologie, comme dans le déluge de Deucalion. Mais c’est dans l’œuvre d’un scribe égyptien que l’on a cru trouver le témoignage le plus manifeste de l’éruption. Ce manuscrit est connu sous le nom de papyrus Ipuwer.

En fin de compte, le seul texte relatant la catastrophe de Santorin serait celui de Platon, la submersion de la terre atlante étant l’écho lointain du tsunami qui ravagea la Crète. Toutefois, selon cette hypothèse, le récit de Platon, pour « historique » qu’il soit, n’en contiendrait pas moins des erreurs, notamment au niveau des chiffres – dates et dimensions –, qui seraient donc à réinterpréter.

Les archipels atlantiques

C’est l’hypothèse qui serre au plus près le texte de Platon : localisation dans l’océan, au-delà des colonnes d’Héraclès, existence d’un « véritable continent » au-delà de l’Atlantide… C’est aussi la plus ancienne puisque les érudits l’évoquaient déjà au XVIIe siècle. Elle situe l’Atlantide dans l’Atlantique, à l’emplacement des actuels archipels des Açores et des Canaries. Dans ce contexte géographique, l’île se serait effondrée dans l’océan, suite à la chute d’un astéroïde dans cette zone fragile, connue pour son activité volcanique.

Les traces de la présence d’une terre habitée dans cette région sont multiples. On pense en trouver des échos dans les mythologies et traditions, comme le Jardin des Hespérides. Et contrairement à ce que l’on croit généralement, il existe aussi des témoins archéologiques étonnants, comme les structures sous-marines de Lanzarote (Canaries) et celles de Bimini (Bahamas).

Mais les traces de l’existence d’une Atlantide atlantique ressortissent également du domaine de l’humain, avec la découverte, au tout début du XIVe siècle de notre ère, d’un étonnant « peuple vestige » installé dans l’archipel canarien.

De la mer du Nord à la mer Noire

D’autres hypothèses peuvent encore être retenues, comme celle qui identifie l’Atlantide à l'archipel d'Heligoland en mer du Nord et les Atlantes à des Germains connus sous le nom de Peuples de la mer. Le souvenir des séismes qui ravagèrent le nord de l’Europe serait à la base de la légende de l’Atlantide.

Retenons également cette hypothèse récente de l’existence d’une île dans le détroit de Gibraltar. Cette île fut entièrement engloutie vers 9000 avant J.-C., suite à la montée des eaux. C'est au départ de cet événement que se serait formé le mythe de l'Atlantide.

Nous terminerons avec ce scénario qui évoque l’envahissement, par les eaux de la Méditerranée, d’un lac situé derrière la barrière du Bosphore. Conséquence d’une élévation rapide du niveau des océans, vers 5600 avant notre ère, l’inondation est peut-être à l’origine des mythes du Déluge et de l’Atlantide.    

 

L'Atlantide de Jacques Gossart sera disponible en librairie, le 12 avril 2011.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !