Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture

Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

Marie De Benoist pour Culture Tops

Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

 

Voir la bio »

Retour à Martha’s Vineyard

De Richard Russo
Traducteur : Jean Esch - Editeur : Quai Voltaire - 380 p. - 24 euros

Recommandation

ExcellentExcellent

Thème

Trois amis sexagénaires se retrouvent à Martha’s Vineyard en 2015 pour passer un week-end ensemble, avant que la maison appartenant à l’un d’entre eux soit vendue. Lincoln, « le beau gosse », agent immobilier, a fondé une famille avec Anita ; Teddy, édite des livres religieux, en essayant d’apaiser ses crises d’angoisse ; Mickey, le rockeur endiablé, semble toujours le même. Ils revivent leurs souvenirs intacts, en buvant des cocktails. Quarante-quatre ans plus tôt, étudiants boursiers à l’université de Minerva, ils étaient inséparables. Ils avaient même repris la devise des trois mousquetaires : « Un pour tous, tous pour un. » Le 1er décembre 1969, ils découvraient à la télévision la conscription par tirage au sort pour partir au Vietnam. Mickey en faisait partie ! A la fin de leurs études, en 1971, ils étaient allés à Martha’s Vineyard pour le Memorial Day avec la ravissante Jacy, dont ils étaient tous les trois fous amoureux. Mais celle-ci avait disparu sans laisser de traces, alors qu’elle devait se marier avec un certain Vance.

Toujours hantés par elle après toutes ces années, réussiront-ils à la ressusciter ? Que lui est-il arrivé ? A-t-elle été assassinée ? La connaissaient-ils vraiment ? Lequel des trois aimait-elle ?

Points forts

• Une intrigue habilement construite, qui tient le lecteur en haleine, surtout dans la deuxième partie consacrée à l’enquête sur Jacy.

• Richard Russo met en scène des personnages attachants, en affinant et en enrichissant leurs portraits au fil des pages. Ils nous ressemblent par leur humanité, leurs failles, leur sincérité, leur humilité et bien sûr leur humour. Leur amitié de jeunesse résiste aux regrets et aux mensonges vis-à-vis des autres, comme sur eux-mêmes.

• La relation à leurs parents, et plus particulièrement à leur père, est analysée avec justesse et sensibilité : admiration, crainte, respect, rejet, amour se mêlent. La question de la transmission est fort bien posée.

• En fond de tableau, les mentalités, les conditions de vie, les aspirations, les convictions politiques des différents milieux américains, depuis la classe huppée jusqu’aux plus modestes, font de cette histoire d’amitié un roman de mœurs passionnant.

Points faibles

Je n’en vois pas.

En deux mots ...

Un récit romanesque et nostalgique qui comble les attentes du lecteur, charmé par cette  quête touchante de la magie du passé et stimulé par la réflexion sur l’identité de chacun, sur la connaissance ou la méconnaissance de « la fille de leurs rêves », sur le rôle de l’amitié, sur le hasard ou la nécessité dans la vie.

Un extrait

« Et s’ils étaient réunis ici tous les trois, comment Jacy ne serait-elle pas là, elle aussi, au moins par la pensée ? C’était sa présence fantomatique qui rendait inévitable le parallèle entre ce week-end et celui du Memorial Day en 1971. »( p.103)

« Car, à l’instar de nombreux pères, celui de Lincoln a désormais deux résidences permanentes : une à Dunbar, Arizona, et l’autre à l’intérieur de la tête de son fils unique. » (p.140)

« Mickey et Lincoln, ses amis de jeunesse ? Il les aime eux aussi. Encore. Quand-même. Malgré tout. Exactement comme il a toujours voulu être aimé. Comme chacun espère être aimé. » (p. 347)

L'auteur

Né en 1949, Richard Russo, professeur de littérature à l’université pendant des années, est à la tête d’une œuvre romanesque importante. On peut citer Un homme presque parfait (1995), adapté au cinéma par Paul Newman, Un rôle qui me convient (1997), Le déclin de l’empire Whiting, prix Pulitzer 2002, adapté au cinéma en 2005, Quatre saisons à Mohawk (2005), Le Pont des soupirs (2008), Les Sortilèges du cap Cod (2010), A malin, malin et demi, Grand Prix de littérature américaine 2017, Trajectoire (2018).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !