Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
©

Atlanti-culture

"La Revenue" : un très beau sujet traité avec force et délicatesse

Anne Vassal

Anne Vassal est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Voir la bio »

LIVRE

La Revenue

de Donatella Di Pietrantonio

Editions du Seuil

237 pages

RECOMMANDATION 

EXCELLENT

THEME

A l’âge de 13 ans, la vie de la narratrice bascule. Du jour au lendemain, sans explications, elle découvre qu’elle a été adoptée et qu’elle doit retourner vivre dans sa famille biologique. Elle passe alors du statut d’enfant unique, aimée, gâtée, privilégiée, à celui de numéro dans une fratrie de paysans pauvres, rustres et peu aimants.

Le choc est d’autant plus rude pour cette jeune fille, dont on ne connaîtra jamais le nom, qu’elle a passé toute son enfance dans une ville de bord de mer, et elle se trouve soudain confrontée à la vie d’un petit village de montagne, où tout le monde parle en dialecte, dans la promiscuité, le manque d’hygiène, et des croyances d’un autre âge . 

A l’angoisse, la peur de cette nouvelle vie, s’ajoute le silence incompréhensible de ses parents adoptifs.  Les questions se succèdent : sa mère est-elle malade ? Qu’a t elle fait pour être ainsi rejetée ? Qui est réellement sa mère ? 

Malgré tous ces obstacles, celle que tout le monde au village appelle «  la revenue «    va tisser des liens avec Adriana, sa jeune soeur, et Vicenzo, un des ses frères aînés, qui non seulement l’accueillent avec toutes ses différences, mais la protègent dans cette famille fruste.

POINTS FORTS

- La tristesse que l’on peut ressentir face à cette jeune fille ballotée entre deux familles et surtout deux mères, est compensée par la joyeuse complicité nouée avec Adriana et Vicenzo. Complicité qui va l’aider à accepter cette nouvelle famille dont elle a honte.

- Donatella di Pietrantonio restitue très bien ces deux mondes totalement différents que sont la vie à la ville dans une famille bourgeoise, éduquée, et la vie paysanne, pauvre et inculte.

- Le fait que l’on apprenne qu’à la fin du roman les raisons de cet échange de famille nous permet de mieux ressentir les petits riens qui font et défont une vie.

POINTS FAIBLES

  • Les relations troubles que cette jeune fille va avoir avec son « nouveau frère » sont dérangeantes et n’apporte rien à l’histoire.
  • Le roman se termine sur un sentiment d’inachevé. On souhaiterait en savoir un peu plus sur le devenir de cette jeune fille, partagée entre deux mères.

EN DEUX MOTS

C’est un roman poignant, et plein de délicatesse, qui interroge sur la relation mère-fille, et nous fait toucher du doigt les dégâts occasionnés par l’indifférence des parents devant les besoins affectifs des enfants. C’était une époque où la psychologie n’était pas une préoccupation pour les parents, même dans les milieux bourgeois.

UN EXTRAIT 

Ou plutôt deux:

- "Je n’ai pas prononcé son nom pendant des années. Tout ce temps là le mot maman est resté tapi au fond de ma gorge, telle une couleuvre qui refuse de sortir."

- "J’ai décidé sur-le-champs de ne pas la revoir, et assez de maman, aussi en mon for intérieur je l’appellerais Adalgisa, avec tout le froid que ce prénom dissimulait. Je l’ai vraiment perdue, et, l’espace d’une ou deux heures, j’ai cru être capable de l’oublier."

L'AUTEUR 

Âgée de 55 ans, Donatella Di Pietrantonio a déjà publié deux romans très remarqués : Mia Madre e une fiume (2011) et Bella Mia (2014).

La Revenue a été récompensé par le prestigieux prix SuperCampiello, en 2017; c’est son premier livre traduit en français.

La revenue de Donatella di Pietrantonio

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !