Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
©

The Wall

Pink Floyd refait le mur

L'ex-leader du groupe Roger Waters réinvente le célèbre opéra rock, en concert à Paris.

C'est un mythe qui renaît grâce à l'un de ses vieux artisans.

Roger Waters, 68 ans, bassiste puis leader du groupe Pink Floyd (dont l'ultime concert remonte à 2005), revient sur scène pour interpréter une nouvelle version de The Wall, le double-album le plus vendu au monde magnifié par un opéra rock, et un film, qui feront date.

La tournée mondiale de ce nouveau spectacle a coûté la bagatelle de 85 millions de dollars. Le show, impressionnant, est hanté par la figure du père du musicien, soldat britannique mort en Italie en 1944. "Un récit grandiloquent, porte ouverte à tous les dérapages musicaux : chœurs d’enfants, orchestre symphonique, basse disco. Etrangement, en live, les traces de mauvais goût gênent moins.", écrit Eric Aeschimann sur Libération Next.

Le journaliste reconnaît que "le pathos de Waters tient de la messe noire autant que du Grand Guignol", avant de conclure : "En deux heures intenses, la guerre mondiale d’hier est devenue la métaphore de la défaite sociale d’aujourd’hui".

The Wall se joue tous les soirs à Paris-Bercy jusqu'à demain, 1er juin 2011. Ci-dessous, un extrait du concert parisien de ce lundi 30 mai :

 

Lu sur Libération Next

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !