Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Peaches Geldof est bien morte d'une overdose

C'est confirmé

Peaches Geldof : son décès a bien été causé par une overdose d’héroïne

C’est en tout cas ce qu’affirme ce jeudi le quotidien britannique The Time.

Peaches Geldof a-t-elle suivi le même destin tragique que sa mère ? Depuis l’annonce de sa mort le 7 avril à l’âge de 25 ans, la question se posait. Dans son édition en date de jeudi, le quotidien britannique TheTimes apporte une réponse. Oui, la fille du chanteur irlandais Bob Geldof est décédée d’une overdose d’héroïne, tout comme sa mère Paula Yates en 2000.

La première autopsie pratiquée sur le corps de l’ancien mannequin, journaliste et présentatrice de télévision, s'était pourtant révélée non concluante. Mais l'inspecteur en chef Paul Fotheringham devait annoncer ce jeudi que les analyses toxicologiques ont prouvé que la jeune femme est décédée d'une overdose d'héroïne, indique le Times, soulignant le "parallèle tragique" avec la mort de sa mère. Ce vendredi, de nombreux médias britanniques le confirment et reprennent les propos de l'inspecteur Paul Fotheringham, en charge de l’enquête, qui a déclaré que "l'héroïne avait sûrement joué un rôle dans son décès brutal".

Suite à ces nouveaux éléments, les médias affirment même que la police du Kent va prochainement ouvrir une enquête criminelle sur le réseau de provision de drogue qui a fourni la jeune femme. "Les flics chassent le dealer" titrait même The Sun. Le corps de Peaches Geldof a été retrouvé le 7 avril par son mari, Thomas Cohen, dans la chambre de leur maison de Wrotham dans le Kent (sud du Royaume-Uni). Celui-ci va être prochainement entendu par la police. Jeudi, une source a révélé au Daily Mail que Peaches aurait secrètement visité un centre de désintoxication, près de chez elle, quelques semaines avant sa disparition. Elle aurait absolument refusé que le père de ses enfants soit informé de sa démarche. Un porte-parole de la police a affirmé qu'"il n'y avait pas encore d'arrestation à cette date".

lu sur The Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !