Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Nouvelles révélations sur les pilotes de l'US Navy impliqués dans le dessin du pénis géant dans le ciel
©AFP / Getty Images

Quand Top Gun rencontre Hot Shots!

Nouvelles révélations sur les pilotes de l'US Navy impliqués dans le dessin du pénis géant dans le ciel

En 2017, un équipage de l'US Navy a dessiné un phallus géant dans le ciel avec leur avion EA-18G au-dessus de l'Etat de Washington. L'enquête de la Marine américaine vient de révéler comment l'idée est née.

Deux officiers de la base aéronavale de Whidbey Island avaient utilisé un avion en 2017 afin de dessiner un pénis géant dans le ciel au-dessus de l'état de Washington. Les responsables de l'US Navy ont ouvert une enquête afin de savoir qui pilotait le Boeing EA-18G Growler lors de cet incident. 

La Navy vient de dévoiler les enregistrements de la conversation entre les deux personnes fautives. Leur identité n'a pas été dévoilée. Le dispositif d'enregistrement vidéo à bord de l'appareil a conservé l'intégralité de la conversation. 

L'officier a donc indiqué au pilote : "Dessine un pénis géant ! Ce serait génial". 

Le pilote a refusé dans un premier temps. "Finalement, je l'ai fait pour une raison qui m'est encore inconnue". 

"Je pourrais certainement en dessiner un, ce serait facile. Je pourrais en gros dessiner un chiffre huit, faire demi-tour et revenir. Je vais descendre, prendre de la vitesse et, espérons-le, sortir de la couche de traînée pour qu'ils ne soient pas connectés les uns aux autres"

"Mec, ça serait tellement drôle. L'avion de ligne revient sur Seattle, comme ce gros pénis géant. Nous pourrions presque dessiner une veine au milieu de cela aussi".

Les pilotes ont ensuite échangé sur les différentes "parties" et "zones" à réaliser pour leur "œuvre" si particulière dans le ciel. Un autre officier, qui décollait non loin de là, a d'ailleurs félicité les deux pilotes pour leur "travail artistique incroyable".

Ils ont ensuite découvert que les traînées blanches laissées par leur avion ne se dissipaient pas aussi rapidement dans le ciel et que le pénis géant était donc bien visible pendant une période assez importante. 

Selon des informations exclusives du Navy Times, ils ne pensaient pas que les traces de leur passage dans le ciel dureraient assez longtemps pour que les personnes au sol découvrent la forme de phallus.

Une chaîne de télévision locale, KREM 2, avait dévoilé cette bévue des pilotes après la publication de photographies par une femme, le 16 novembre 2017. Cet événement s'est déroulé près d'une zone d'entraînement pour l'escadron, situé à l'ouest de Washington, à la base de la station aéronavale de Whidbey Island.

Lorsque les responsables de la Marine américaine ont été mis au courant de l'incident, ils ont rapidement ouvert une enquête sur les officiers pilotant l'avion à réaction EA-18G Growler.

Selon l'enquête, le commandant de l'escadron a précisé que le pilote impliqué était quelqu'un d'introverti et "d'assez talentueux qui a géré notre entraînement et notre préparation avec une discipline et une efficacité supérieures à celles de tous ceux que j'ai vus dans un escadron". Aucun des lieutenants fautifs n'a été identifié publiquement, et leurs noms ont été expurgés du rapport remis à Navy Times. Ils se seraient tous les deux excusés et ont eu des remords.

Le commandant de l'escadron était "furieux" lorsqu'il a découvert l'incident, mais comme les lieutenants ne possédaient pas d'antécédents disciplinaires, un officier chargé de l'enquête leur recommanda de ne recevoir que des "lettres d'instructions non-punitives". 

Aucune information n'a encore été dévoilée sur les sanctions éventuelles qui seront prises envers les deux officiers fautifs.

Cette affaire a causé "de graves embarras à la marine américaine dans l'arène publique et a compromis le discours stratégique qui sous-tend la justification du programme d'heures de vol"

Les images de l'"oeuvre" des deux pilotes sont à découvrir à ces adresses : ICI et ICI 

Navy Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !