Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Netflix pourrait bientôt proposer un abonnement hebdomadaire en Europe
©LIONEL BONAVENTURE / AFP

Pour une poignée d'euros

Netflix pourrait bientôt proposer un abonnement hebdomadaire en Europe

Le service de streaming expérimente un tout nouveau type d’abonnement en Europe. Netflix souhaite ainsi offrir à ses utilisateurs une plus grande flexibilité.

Une révolution est en marche pour les mordus de séries et de films en Europe. Netflix pourrait proposer et généraliser très prochainement un nouveau type d’abonnement permettant beaucoup plus de souplesse. Les personnes qui considéraient que l'abonnement à Netflix était trop onéreux pourraient donc enfin "craquer" pour le service en question. 

Selon des informations de Presse-citron, les clients autrichiens de Netflix ont remarqué une grille tarifaire inédite. Un tout nouvel abonnement hebdomadaire au prix d’entrée de 2,49 euros est également proposé.  

Netflix souhaite ainsi séduire des individus avec un budget restreint ou pour les personnes souhaitant profiter du service de streaming de manière occasionnelle afin de visionner les différentes saisons de leur série préférée dans une période de temps assez brève de "binge watching", en enchaînant le visionnage des épisodes.  

A l’heure actuelle, trois formules d'abonnement mensuel à Netflix sont disponibles : "Essentiel" à 7,99 euros, "Standard" à 10,99 euros et "Premium" à 13,99 euros. A la fin du premier trimestre 2018, Netflix comptait 3,5 millions d'abonnés en France. 

Le marché ultra-concurrentiel du streaming et de la vidéo à la demande force les différents acteurs du secteur à proposer toujours plus de nouvelles idées et de nouveaux services comme cet abonnement hebdomadaire pour Netflix.  

Presse-citron

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !