Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nabilla ne s'est pas rendue dans une discothèque du Finistère.

Lapin

Nabilla : la star provoque la colère de ses fans en leur faisant faux bond

Une dizaine de personnes sont allées chercher Nabilla à son hôtel après que celle-ci ait refusé de se rendre dans une discothèque de Pont-l’Abbé comme elle l’avait promis.

Nabilla pose des lapins à la Bretagne. Après avoir fait faux bond au mois d’avril dernier à boîte de nuit d’Hérouville-Saint-Clair dans le Calvados puis à celle de Faou, la jeune bimbo met cette fois en colère les clients du Showtime à Pont-l’Abbé dans le Finistère.

Alors que tout le monde l’attendaient dans la discothèque, le patron de l’établissement a indiqué à ses clients que la star de l’émission Les Anges de la téléréalité 5 ne viendrait finalement pas faire la fête avec eux. Tristesse, désespoir et surtout colère pour les cent personnes présentes qui ont alors décidé d’aller chercher Nabilla à son hôtel.

Les clients exigent alors à la réception de l’hôtel de pouvoir s’entretenir avec la jeune femme qu’ils ont par ailleurs aperçue à la fenêtre de sa chambre. Prétextant être fatiguée, Nabilla refuse de descendre, ce qui une fois de plus laisse les clients très mécontents et entraînent un boucan dans l’hôtel, à tel point que la gendarmerie doit se rendre sur place pour calmer les esprits qui commencent à s’échauffer.

Le quotidien de presse régionale Ouest France indique que Nabilla aurait demandé pour venir dans la discothèque le Showtime un cachet de 6 000 euros et aurait reçu 3 000 euros en espèce. La jeune femme aurait par ailleurs refusé un chèque de banque certifié de 3 000 euros car ce type de paiement "ne serait pas accepté en Suisse".

N’ayant pas reçu la prestation payée, le patron de la discothèque se serait rendu lui-même dans la chambre d’hôtel pour récupérer l’argent versé.

Lu sur Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !