Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Pas de messages publiés, peu de followers, biographies sommaires, photos de profil clonées... il semble s'agir de comptes fantômes.
Pas de messages publiés, peu de followers, biographies sommaires, photos de profil clonées... il semble s'agir de comptes fantômes.
©Reuters

Triche

Mitt Romney accusé d'avoir acheté des followers sur Twitter

Ses faux "amis" sur le site de micro-blogging se compteraient pas dizaines de milliers.

Les "followers" sont l'équivalent sur Twitter des "amis" sur Facebook. Ils suivent l'activité du compte Twitter auquel ils sont abonnés. Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine Mitt Romney a gagné 150 000 "followers" en trois jours. Un chiffre impressionnant.

En temps normal, Mitt Romney, le rival de Barack Obama, voyait son compte engranger"seulement" 3 000 à 4 000 nouveaux followers par jour, d'après les calculs de 140elect.com, un blog spécialisé dans les statistiques Twitter. Mais au cours du week-end, le chiffre a explosé, pour atteindre les 93 000 nouveaux followers samedi, un jour pourtant sans actualité particulière dans la campagne électorale. Soit une augmentation de plus de 10 % de son nombre de followers.

Or, il s'agit très majoritairement de comptes "fantômes", sans réelle activité ; peu ou pas de messages publiés, peu ou pas de followers, biographies sommaires... Même les photos de profils portent à caution. Comme l'a noté un utilisateur, tousq les nouveaux comptes abonnés à Romney semblent arborer la même photo d'un homme portant une chemise bleue... Cet afflux soudain de comptes n'a également pas provoqué d'augmentation dans le nombre de messages.

Certaines entreprises sont spécialisées dans la vent d'abonnés fantômes : elles proposent par exemple 80 000 followers pour 400 dollars (330 euros), 10 000 pour 20 dollars (16,5 euros)... Régulièrement, des personnalités publiques sont soupçonnées d'avoir acheté des lots de followers pour gonfler artificiellement leur crédibilité ou leur influence supposée.

Lu sur The Week Magazine

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !