Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Crédits Photo: Ben STANSALL / AFP

Fête des voisins

Les voisins de Harry et Meghan ont interdiction de leur dire "bonjour"

Le couple royal ne veut aucun contact avec les manants, et l'a fait savoir.

En voilà deux qui ne seront pas invités à la prochaine fête des voisins. Les résidents du Frogmore Cottage, sur le domaine de Windsor, se sont vus notifier l'interdiction de parler au prince Harry et à Meghan, de caresser leur chien, ou de poser des questions sur le bébé Archie. Si pour une raison ou une autre, le couple princier daigne leur adresser la parole, il leur est interdit de répondre par des simples civilités (en particulier le simple "good morning", "bonjour").

"C'est incroyable. Nous n'avons jamais rien entendu de tel. Tous ceux qui vivent sur le domaine travaillent pour la famille royale et savent se comporter avec respect", s'indigne un des résidents, auprès du Sun. "On ne nous a pas donné de telles règles pour quand nous côtoyons la reine. Elle est très heureuse que les gens la saluent", précise-t-il.

Les règles de conduite ont été délivrées lors d'une réunion de voisinage par un membre du palais, mais les punitions en cas de manquement n'ont pas été précisées.

Environ 400 personnes vivent sur le domaine, dont l'assistante personnelle de la reine, le gouverneur de Windsor et l'ancienne nourrice du prince Charles.

"La reine discute toujours avec les voisins, et prend même le thé avec des habitants du domaine, avec qui elle est très aimable", assure un autre voisin. "Peut-être que Harry ne veut pas que quelqu'un les approche et utilise leur chien comme excuse pour engager la conversation." D'ailleurs, le nom du chien du couple n'a pas été dévoilé publiquement. Ce qui irrite aussi les voisins.

 

The Sun

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !