Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les chats tuent en moyenne chaque année aux Etats-Unis entre 1,4 et 3,7 milliards d'oiseaux.
©Flickr / Stéfan

Miaou

Les chats, ces tueurs en série insoupçonnés

Une étude indique que les félins sont la principale menace à la vie sauvage américaine.

Les chats, l'une des plus grandes menaces à la vie sauvage américaine ? C'est en tout cas ce qu'assure une étude publiée dans Nature Communications qui indique que les chats tuent en moyenne chaque année aux Etats-Unis entre 1,4 et 3,7 milliards d'oiseaux et entre 6,9 et 20,7 milliards de mammifères. On ne pourra plus leur reprocher de ne rien faire de leur journée ! Selon cette étude, plus d'animaux sont tués par les griffes des chats que par des conducteurs sur la route ou même par empoisonnement.

Si les scientifiques assurent que les chats errants et sauvages sont les principaux attaquants – ils tuent en effet trois fois plus d'oiseaux et de petits rongeurs que les chats domestiques qui jouent néanmoins un rôle important dans la mort des nombreux animaux. A tel point que les chats qui vivent bien au chaud chez les hommes seraient responsables de l'extinction de 33 espèces sur la planète. Les chercheurs estiment donc que les propriétaires de chats pourraient faire plus pour limiter l'impact négatif des félins, en les gardant notamment enfermés ou en leur accrochant autour du cou une petite clochette.

Si d'autres études ont été menées sur les chats et leurs proies, cette nouvelle enquête indique que les félins ont tué plus de quatre fois plus d'oiseaux que ce que les précédentes enquêtes signalaient. Au rang des victimes, on trouve bien évidemment les souris, les musaraignes, les campagnols, les écureuils mais aussi les lapins.

Lu sur BBC News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !