Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
©Flickr/IsaacMao

Botulisme

Le philosophe Alain Badiou piégé par un canular dans sa propre revue

Deux philosophes français ont voulu dénoncer une mystification autour de la personne et de l'œuvre de leur collègue Alain Badiou, membre du comité éditorial de la revue qui porte son nom.

La pratique du canular académique, c’est-à-dire la publication d’un faux grossier dans une revue académique pour dénoncer le manque de sérieux d’un courant ou d’un auteur, est assez fréquente. Sa dernière victime est le philosophe maoïste Alain Badiou. 

Deux auteurs, Philippe Huneman, directeur de recherche au CNRS, et Anouk Barberousse, professeure à l'université Paris-Sorbonne, ont réussi à publier un article dans le numéro 4 de la revue anglophone Badiou Studies, qui avait pour thème « Towards a Badiouian Feminism ». Cet article intitulé "Ontology, Neutrality and the Strive for (non) Being-Queer" ("Ontologie, neutralité et le désir de (ne pas) être-queer") était signé Benedetta Tripodi, une philosophe qui n'existe pas, et n'avait absolument aucun sens. Officiellement, c'était "une exploration du féminisme et des queer studies dans l'œuvre du philosophe Alain Badiou".

À la publication de leur article, les deux philosophes auteurs du canular ont publié sur Zilsel un très long article qui revenait sur les raisons de s’en être pris à Badiou.

Le problème, selon eux, est que le propos d'Alain Badiou est invérifiable, car il réunit des disciplines que les chercheurs ne peuvent croiser. Or, malgré cette difficulté, Alain Badiou dispose d'une aura médiatique considérable, en France et à l'étranger. 

Les deux philosophes résument leur vision de l'oeuvre de Badiou : "Le programme philosophique de Badiou, si on doit en dire deux mots, semble le suivant : réconcilier Jacques Lacan et Martin Heidegger par la théorie des ensembles. [...] Qui connaît la théorie des ensembles, en général, ignore parfois jusqu’à l’existence de Heidegger (et en tout cas, ignore tout de son enseignement) ou de Lacan, et réciproquement. Ces données en quelque sorte stratégiques suggèrent que cette philosophie, quel que soit son contenu, puisse être admirée par beaucoup mais comprise par quasiment personne."

De plus, soulignent les auteurs, les textes philosophiques de Badiou sont une logorrhée incompréhensible, des discours "supposément profonds" qui parasitent le champ philosophique actuel, en tout cas "auprès du grand public et parmi les étudiants".

Lu dans Contrepoints

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !