Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Romeo Ranoco / Reuters

Classe internationale

Le nouveau président des Philippines veut aller au Vatican s'excuser auprès du pape de l'avoir traité de "fils de p…"

Rodrigo Duterte, le "Donald Trump des Philippines", n'en est pas à sa première controverse.

Rodrigo Duterte, le président nouvellement élu des Philippines, a déclaré qu'il voulait rencontrer le pape afin de lui présenter ses excuses, selon son porte-parole. Il veut se rendre au Vatican pour pouvoir s'expliquer avec lui. Pendant sa campagne, le candidat avait traité le Souverain pontife de "fils de p…". Sa visite aux Philippines avait provoqué de gros embouteillages. Ce qu'il faut comprendre dans ce pays extrêmement catholique.

Ou peut-être pas tant que ça, étant donné que Duterte a néanmoins été largement élu. Celui qu'on appelle parfois le Donald Trump des Philippines n'en est pas à sa première controverse. Maire pendant plus de 22 ans de la vile de Davao, il s'est rendu populaire par sa politique sécuritaire de tolérance zéro. Des groupes armés soupçonnés de liens avec lui ont exécuté des trafiquants de drogue, des criminels, des hooligans, ce qu'il a assumé à mots peu couverts. Sous sa mandature, la ville connue comme "la capitale du meurtre des Philippines" a connu une forte baisse de sa criminalité.

Familier d'un langage ordurier, il a promis de tuer des dizaines de milliers de délinquants et de jeter leurs restes aux poissons, et d'abandonner les droits de l'homme. Dans sa remarque la plus controversée, il avait déclaré qu'il aurait bien aimé "passer en premier" lors du viol collectif d'une missionnaire australienne dans une prison de Davao, en 1989.

Ceci dit, Duterte a promis de modérer ses propos s'il était élu. "Je serai presque un saint", a-t-il déclaré. En voilà une promesse électorale. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !