Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture

Nombreux hommages

Le chanteur Christophe est mort des suites d’une maladie pulmonaire, un emphysème

L’artiste Christophe est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi. Les hommages se sont multipliés depuis l’annonce de sa mort. Il était âgé de 74 ans.

Les hommages se sont multipliés ce vendredi suite à l'annonce de la disparition de l’artiste inimitable Christophe qui aura marqué de son empreinte la chanson française. Les fans de Christophe ont eu l’immense chagrin de voir leur idole s’éteindre en pleine nuit, à l’image des fans de Johnny Hallyday dont l'annonce de la mort avait aussi été communiquée au beau milieu de la nuit. 

Christophe avait été hospitalisé et admis en réanimation le 26 mars dernier dans un hôpital parisien, avant d'être transféré à Brest. L’artiste est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi des suites d'une maladie pulmonaire, selon des précisions de son épouse à l'AFP. L'interprète d'Aline, Des mots Bleus et des Paradis Perdus était âgé de 74 ans.

Son épouse Véronique et sa fille Lucie ont publié un communiqué suite à cette triste nouvelle : 

"Christophe est parti. Malgré le dévouement sans faille des équipes soignantes, ses forces l'ont abandonné".

Selon Véronique Bevilacqua, son épouse, Christophe a succombé à un "emphysème", une malade pulmonaire, une maladie inflammatoire chronique des bronches. En mars, son agent avait évoqué une "insuffisance respiratoire" mais n'avait pas confirmé une affirmation du Parisien selon laquelle il aurait été testé positif au Covid-19. Sa famille n'a jamais fait mention du coronavirus dans ses communiqués. 

L’emphysème est une maladie pulmonaire qui fait partie des broncho-pneumopathies chroniques obstructives. 

Christophe avait une première fois connu le succès avec son tube Aline en 1965 en pleine période yéyé. Lors de sa carrière, il avait ensuite collaboré avec Jean-Michel Jarre, alors jeune parolier. Il a notamment produit en 1973 et 1974 deux de ses albums majeurs, Les Paradis perdus et Les Mots bleus. 

Franck Riester, le ministre de la Culture, a tenu à rendre hommage à Christophe sur Twitter : 

"Avec la disparition de Christophe, la chanson française perd une part de son âme, mais le bleu doux-amer de ses chansons est indélébile".

Emmanuel Macron a également salué ce vendredi la mémoire du chanteur Christophe. Le président de la République a rendu hommage à un "artiste singulier qui nous a emportés dans ses fulgurances poétiques et sonores" :

"Avec lui, nous criions Aline, nous disions les mots bleus, nous pleurions les paradis perdus. […] Le président et son épouse adressent leurs condoléances attristées à son épouse, sa famille et ses proches, comme à tous ceux dont le cœur a tressailli à l’écoute de ses chansons".

Emmanuel Macron salue en particulier "la délicatesse et l'idéalisme éthéré de ce dandy qui ouvrageait ses chansons en esthète", ce "romantique invétéré qui a signé parmi les plus belles chansons d'amour du répertoire français". Pour le président de la République, ce "noctambule qui ne dormait que quand le soleil brillait [...] avait construit sa carrière comme une vague douce et un peu mélancolique sur la plage de France, allant et venant de succès en retraits, d'éclats en éclipses, de saillies en silences".

Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !