Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
dingos animaux Australie étude scientifique
©STEPHANIE PILICK / DPA / AFP

Impact de l'homme sur les écosystèmes

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

Selon une nouvelle étude scientifique, la taille et la morphologie des dingos (ou warrigal, des chiens sauvages en Australie) ont augmenté depuis 80 ans. Des chercheurs ont constaté des évolutions en mesurant des crânes de dingos exposés à des pesticides.

La taille des dingos a augmenté de 6 à 9% au cours des 80 dernières années dans certaines régions en Australie, selon de nouvelles recherches de l'UNSW et de l'Université de Sydney. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Biological Journal of the Linnean Society, d'après des informations de Science Daily. La taille des dingos qui vivaient dans trois régions particulières en Australie (Kalgoorlie, Pilbara et l'Australie du Sud pastorale) ont été comparées avec une autre région neutre. Cet impact serait principalement lié à l'activité humaine. 

Les scientifiques ont mesuré la taille du crâne - qui est un marqueur de la taille des animaux - de près de 600 spécimens de dingos provenant des sites et des zones en question.

Lors de la croissance des dingos mâles et femelles ont grandi, les dingos femelles ont connu la plus forte évolution : leur crâne a augmenté de 4,5 millimètres, ce qui représente près de 9% de la masse corporelle. Les crânes masculins ont augmenté de 3,6 millimètres, soit 6% de masse corporelle.

La proie principale des dingos sont les kangourous en Australie.

Cette évolution serait liée à l'utilisation de produits afin de lutter contre la prolifération des dingos. Des appâts empoisonnés, utilisés pour réguler la population de ces canidés, seraient en effet au cœur de cette évolution. Le pesticide fluoroacétate de sodium, aussi surnommé 1080, est couramment utilisé à travers toute l'Australie afin de lutter contre les populations de dingos et d'autres espèces.

Une poudre blanche est généralement placée dans des appâts à viande. Cette technique et le recours aux  appâts ont été déployés à Kalgoorlie, Pilbara et en Australie du Sud pastorale au cours des années 1960 et 1970. La resistance des dingos et cette exposition aux appâts "empoisonnés" auraient engendré sur le long terme cette évolution morphologique dans les régions concernées et au coeur de cette étude scientifique. 

Les dingos de la région dans laquelle la technique des appâts n’avait pas été appliquée n’ont vu aucun changement de leur taille à titre de comparaison.

Selon les résultats de cette étude, un pesticide serait donc lié à des changements sur les corps des animaux. 

Les scientifiques observent généralement ces effets chez les invertébrés comme certains insectes (les cafards notamment). Ils finissent par devenir plus résistants aux insecticides.

Cette étude est l'une des premières à montrer que les vertébrés, comme les dingos, changent également en fonction de l'utilisation de pesticides.

D'autres études utilisant un échantillon plus large de dingos de toute l'Australie pourraient aider à encore mieux comprendre la cause du changement du corps des dingos.

Science Daily

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !