Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©

Fair Play

Justine Hénin, la mauvaise joueuse

La championne de tennis désormais à la retraite avoue avoir triché à plusieurs reprises dans sa carrière.

Elle est restée numéro 1 mondiale pendant 117 semaines, a remporté 7 tournois du Grand Chelem et a été championne olympique à Athènes en 2004. Mais elle a aussi triché.

Dans d'étonnantes confessions données à la RTBF, la joueuse de tennis belge Justine Hénin revient sur sa carrière sur les cours. Elle avoue ne jamais avoir apprécié la célébrité que lui valait son statut, mais révèle surtout ses travers de mauvaise joueuse.

A deux reprises au moins, et à des moments cruciaux de matchs importants, la Belge a délibérément menti aux arbitres pour influencer le cours du jeu à son avantage. Ce fut le cas en demi-finale de Roland Garros contre  Serena Williams (2003) et en finale de l'Open d'Australie contre sa compatriote Kim Clijsters (2004).

Justine Hénin avoue aussi avoir abandonné la finale du tournoi australien en 2006 contre Amélie Mauresmo parce qu'elle avait "trop mal [à l'estomac] pour gagner". Pour gagner, d'accord... "Mais pour finir le match?", demande L'Equipe, et ainsi offrir une digne victoire à la Française.

Lu sur L'Equipe

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !