Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Crédits Photo: Tolga AKMEN / AFP

Lourde sanction

Hugo Lloris écope d'une suspension de permis pour 20 mois et de 56.200 euros d'amende pour conduite en état d'ivresse

Le gardien de but de Tottenham, champion du monde avec les Bleus cet été en Russie, a été lourdement sanctionné ce mercredi à la suite de son arrestation en état d'ivresse et pour avoir grillé un feu rouge.

Coup dur pour Hugo Lloris. Le joueur emblématique de l'équipe de France championne du monde a été condamné à une suspension de permis de 20 mois et à 56 200 euros (50 000 livres) d'amende pour avoir été arrêté en état d'ivresse. Il avait également grillé un feu rouge. La suspension de son permis sera donc effective jusqu'au 11 mai 2020.

Hugo Lloris était présent ce mercredi au tribunal. Il s'est exprimé pour confirmer son nom, sa nationalité, sa date de naissance et son adresse. Le joueur a ensuite indiqué qu'il plaidait coupable. 

L'importance de l'amende est destinée à refléter la gravité de l'infraction et prend aussi en considération les ressources financières du gardien de but. 

Le joueur de Tottenham avait été interpellé par la police le 24 août dernier au volant de sa Porsche. Le contrôle s'était déroulé dans le centre de Londres. Il présentait un taux d'alcoolémie de 80 microgrammes par litre d'air exprié, plus de deux fois la limite légale au Royaume-Uni (fixée à 35 microgrammes par litre).   

Hugo Lloris avait tenu à s'excuser depuis son arrestation et cet incident lors de la publication d'un communiqué : 

"Je tiens à m'excuser de tout coeur auprès de ma famille, du club, de mes coéquipiers, du manager et de tous les supporteurs. L'alcool au volant est totalement inacceptable, j'assume l'entière responsabilité de mes actes et ce n'est pas l'exemple que je souhaite donner".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !