Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
A l'occasion d'Halloween, J.K. Rowling a publié six nouvelles inédites sur son site Pottermore.

Bonne nouvelle

Harry Potter : J.K. Rowling a publié six nouvelles inédites sur son site Pottermore

A l'occasion d'Halloween, l'écrivain a publié six nouvelles histoires élargissant l'univers de "Harry Potter et l'Ordre du Phénix", cinquième tome de la saga. La première nous en apprend plus sur l'horrible Dolores Ombrage.

Halloween était un grand jour pour les fans d'Harry Potter. Car à cette occasion, J.K . Rowling a publié sur son site Pottermore six nouvelles histoires élargissant l'univers de "Harry Potter et l'Ordre du Phénix", cinquième tome de la saga.

La première nouvelle nous en apprend un peu plus sur la vie de l'horrible Dolors Ombrage. Celle-ci est la fille unique du sorcier Orford Ombrage et de la Moldue Ellen Cracknell. Elle est donc une "sang-mêlée". Elle a un demi-frère Cracmol, dépourvu de pouvoirs magiques et déteste ses parents depuis son plus jeune âge. Par ailleurs, le nom de Dolores Ombrage n'a pas été choisi par hasard. En effet "Dolores" signifie "douleur" en latin et "Ombrage" est issu d'un jeu de mot de l'auteur à partir de l'expression "prendre ombrage de quelque chose". J.K. Rowling avoue que ce détestable personnage, probablement le plus haï de la série (après Voldemore tout de même), lui a été inspiré par quelqu'un qu'elle déteste dans la vie réelle. 

La deuxième histoire concerne Sybil Trelawney, l'excentrique professeur de divination de Poudlard. JK Rowling nous révèle le passé de cet énigmatique personnage. Les autres essais, eux, nous donnent plus de détails sur le Ministère de la Magie et les Sombrals, ces chevaux qui ne peuvent être vus que par ceux qui ont assisté à la mort d'un de leurs proches. Enfin, JK Rowling nous en apprend plus sur la terrifiante prison d'Azkaban et sur la magie noire de ses gardiens, les Détraqueurs. 

 

 

Lu sur Eparsa.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !