Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
©TIZIANA FABI / AFP

Me Too

Harcèlement sexuel : une quatrième femme accuse Patrick Bruel

Patrick Bruel est dans la tourmente. Dans le journal régionale Le Progrés, une jeune masseuse l'accuse de harcèlement sexuel, des faits qui remonteraient à il y a deux ans. Elle est la quatrième femme à témoigner contre le chanteur. 

La première, le 13 août dernier, était une masseuse corse accusantle chanteur de harcèlement sexuel quelques jours plus tôt dans la loge de la star. Une deuxième femme a présenté un témoignage similaire, tandis qu'une troisième explique d'en 2011, le chanteur lui aurait demandé une fellation.

La quatrième femme, responsable d'un spa italien, racontre que lors d'un massage, Patrick Bruel aurait refusé de porter son slip jetable avant de lui demander de lui masser le ventre, les jambes et les fesses. "J'étais ultra mal à l'aise, je suis allée jusqu'à mes limites", confie-t-elle. "Avec le recul, j’aurais dû stopper. Après, ce n’est pas évident de refuser à quelqu’un de connu", témoigne-t-elle.

Si elle témoigne aujourd'hui, c'est pour "crédibiliser le témoignage de la première jeune fille", explique-t-elle. "Au début je n'avais pas décidé de m'immiscer dans cette affaire, parce que je ne voulais pas faire partie de tout ça. Quand j'ai vu à quel point elle était décriée sur les réseaux sociaux, que tout le monde prenait sa défense (de Patrick Bruel, NDLR) (...) ça m'a fait pété un câble parce que ce n'est pas Patrick Bruel la victime, c'est elle et bien d'autres."

Dans les colonnes de Closer, une ancienne employée d'une thalasso de la côte Atlantique a expliqué que la réputation du chanteur était connue : "On évitait de lui envoyer des jeunes masseuses, préférant le confier à des femmes plus âgées, habituées à gérer des comportements ou des invitations susceptibles d'être déplacées. Certaines masseuses connaissent même un point d'acuponcture coupant net les ardeurs masculines."

Contactés par Le Progrès, les avocats de Patrick Bruel n’ont pas commenté ce quatrième témoignage.

Le Progrès

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !