Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Crédits Photo: Capture BFMTV

Le flingueur

Gérard Depardieu : "On s'est déjà infligé Patrick Bruel, ça suffit"

Dans un entretien à l'Obs, l'acteur a dégainé la sulfateuse contre plusieurs personnalités.

Gérard Depardieu tient visiblement une forme d'enfer. En ce qui concerne les petites phrases assassines en tous cas. A l’occasion des 20 ans de la mort de la chanteuse Barbara, le comédien raconte à L’Obs leur surprenante amitié, alors qu'il a récemment sorti un album "Depardieu chante Barbara". Par ailleurs, il dégaine la sulfateuse contre plusieurs personnalités, déclarant notamment ne pas vouloir être la caution d'une famille de croque-morts ni d'une indus­trie musi­cale qui fait du pognon avec le 20e anni­ver­saire de la dispa­ri­tion de Barbara".

"On s'est déjà infligé Patrick Bruel, ça suffit" fustige-t-il à l'adresse de l'album de reprises Très souvent, je pense à vous... Par ailleurs, il pointe du doigt le film "Barbara" de Mathieu Amalric avec Jeanne Balibar. "Ça ne va pas du tout" juge-t-il. "Ceux qui ont bien connu Barbara savent qu'elle n'a rien à voir avec celle qu'incarne Jeanne Balibar". 

Il égratigne également quelques personnalités de ses jeunes années. "Elvis Presley, Bill Haley, Eddie Cochran, Johnny Hallyday et les Chaussettes noires, Oh Daniela, toute cette soupe dégueulasse". Et l'acteur star ne se montre pas beaucoup plus tendre avec les monstres sacrés de la chanson française. "Je peux écouter Brel, parce ce que c'est théâtral et pas très bon ; Ferré parce ce que c'est nul" lâche-t-il.

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !