Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Mode
Dolce & Gabbana : des sites de e-commerce en Chine retirent massivement des produits de la marque italienne
©NICOLAS ASFOURI / AFP

Appel au boycott

Dolce & Gabbana : des sites de e-commerce en Chine retirent massivement des produits de la marque italienne

L'entreprise de mode fait face à une importante campagne de boycott sur les sites de ventes en ligne en Chine. Les plateformes en question se mobilisent pour dénoncer une publicité jugée offensante contre la Chine.

Dolce & Gabbana est en pleine tourmente en Asie. La firme italienne a dévoilé cette semaine des vidéos montrant une mannequin chinoise qui a des difficultés à manger des pâtes et une pizza avec des baguettes. La campagne en question est accusée de banaliser la culture chinoise et de promouvoir des stéréotypes peu flatteurs. 

Les produits de la marque Dolce & Gabbana ne sont donc plus disponibles ce vendredi sur les sites majeurs de e-commerce en Chine comme JD.com, Kaola, Secoo ou bien encore Taobao. Ces retraits massifs sur les plateformes de ventes en ligne vont donc nuire à l'image de la marque et la priver de l'un des plus importants marchés du luxe à travers la planète. 

La crise s'est amplifiée lorsque des messages offensants pour le peuple chinois, prétendument écrits par le cofondateur Stefano Gabbana, sont devenus viraux sur les réseaux sociaux. La marque a depuis tenu à s'excuser et a précisé que les comptes Instagram en question avaient été piratés. 

La rédaction du South China Morning Post a publié une vidéo montrant les excuses de Stefano Gabbana et du co-fondateur Domenico Dolce suite à cette polémique. 

La firme italienne a d'ailleurs annulé son défilé à Shanghai initialement prévu en ce début de semaine.  

 

 

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !