Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©thereisaficforthat

Orthographe ist Krieg

Des "Nazis de la grammaire" inquiètent les autorités russes

Des policiers russes ont commencé à enquêter sur un réseau de "Nazis de la grammaire", ces puristes qui traquent les fautes d'orthographe et de grammaire.

Avec une symbolique éloquente, mais qui doit être prise au second (voire 17e) degré, les nazis de la grammaire pointent méticuleusement les fautes d’orthographe et de syntaxe présentes sur Internet. Mais ce fascisme lettré passe mal en Russie, où les autorités font la guerre à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un symbole nazi.

Cette chasse aux symboles honnis a atteint la ville de Rostov-sur-le-Don, où Alexei Pavlovsky, le directeur d'une entreprise, a été interrogé par des procureurs locaux, rapporte le Moscow Times, dans un article repéré par Slate.

L'entreprise d'Alexei Pavlovsky sponsorise "Dictée Totale", l'équivalent russe de la dictée de Bernard Pivot. "Ils m'ont d'abord posé des questions sur la dictée et sur mes autres activités, puis m'ont gentiment demandé ce que je savais des Nazis de la grammaire et s'ils financent mes activités", a-t-il raconté sur sa page Facebook.

Or, les Nazis de la grammaire ne sont pas un réseau structuré. Juste des internautes qui font la chasse aux fautes. Certains ont créé des logos reprenant le "G" de grammaire avec le "code couleur" du Troisième reich ou d'autres utilisent le slogan "Grammatik Macht Frei» (la grammaire rend libre), en référence à l'inscription d'Auschwitz "Arbeit Macht Frei".

"Ils m'ont demandé ce que je pensais de ces images. Ils ont aussi voulu savoir quelle était mon attitude vis-à-vis des personnes qui font des erreurs [grammaticales], et si j'avais envie de les éliminer", a relaté Alexei Pavlovsky.
 

Lu sur Slate

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !