Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Des démineurs laissent 300kg d'explosifs sans surveillance toute une nuit à Paris
©AFP

La boulette

Des démineurs laissent 300kg d'explosifs sans surveillance toute une nuit à Paris

Les deux fonctionnaires ont décidé de passer la nuit dans la capitale, sans autorisation.

Voilà une soirée qui aurait pu très mal tourner. Deux agents du déminage, qui se rendaient de l'est de la France jusqu'à Bayonne, ont décidé le 29 janvier de faire une halte avec leur fourgon à Paris. Problème : leur véhicule transportait environ 300 kilos de matières actives selon des sources internes dont des mines antichars, du semtex (un explosif entrant dans la fabrication des mines) et des détonateurs, selon un listing révélé par Le Point.

"Une procédure disciplinaire est en cours. C'est une faute. Ces deux agents ont contrevenu aux règles en vigueur", a réagi à la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC), qui assure que les deux agents ont passé la nuit à Paris (personne ne sait où) "de leur propre initiative, alors que ce n'était absolument pas prévu dans le cadre de leur mission". Leur véhicule a été garé porte de Vincennes, dans un secteur très fréquenté, à proximité d'établissements scolaires, du dépôt de bus et de l'immeuble Garance, siège de différentes directions de la police nationale (CRS, PAF, IGPN mais aussi DGSCGC).

Selon les informations du Point, le matériel et les explosifs sont restés sans surveillance de 19 heures à 9 heures le lendemain matin.

Comme si cette faute ne suffisait pas, le magazine rappelle qu'il est interdit aux véhicules transportant des matières sensibles d'emprunter le périphérique, et en particulier ses tunnels. Ce qu'ont fait les deux démineurs.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !