Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©wikipédia

Flippant

Dans les toilettes ou nageant dans les rues : à Bangkok, les serpents sont "partout"

Les pompiers locaux sont submergés de demandes pour évacuer des reptiles de centaines d'habitations.

"Ils sont partout", décrit un habitant de la ville. A Bangkok, la présence de plus en plus intrusive des serpents effraie la population, selon un article du New York Times. Pourtant, les habitants de la métropole asiatique sont habitués à côtoyer les reptiles. Pour rappel : l'aéroport principal de la ville, Suvarnabhumi, a été construit sur un lieu appelé "le marais aux serpents". Mais la situation empire chaque année. La semaine dernière, les pompiers locaux avaient déjà recensé sur l'année 2017 plus de 30.000 appels leur demandant d'évacuer des serpents de domiciles, soit trois fois plus qu'en 2012.  Les histoires de python mordant des habitants aux toilettes se répandent comme une trainée de poudre. 

Récemment, les pompiers ont été appelés 173 fois pour des "alertes serpents" sur une journée… pour seulement cinq départs de feu. Et c'est sans compter les nombreux reptiles tués par des habitants. Plusieurs explications à ce phénomène de hausse : l'année a été particulièrement humide, même selon les standards du pays, provoquant des inondations et des crotales nageant dans les rues. De plus, la tentaculaire métropole continue de s'étendre sur la compagne environnante... et sur les habitats des serpents.

Mais l'article le rappelle : l'être humain perturbe bien plus les serpents que l'inverse. Et sur les 200 espèces de reptiles vivant en Thaïlande, peu sont dangereuses et encore moins s'introduisent dans les maisons pour mordre les habitants. Par ailleurs, les serpents peuvent s'avérer d'utilité publique, éliminant des rats, notamment à Bangkok où les ordures s'amoncellent.

Lu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !