Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech

Intrusion abusive

Coronavirus : Singapour interdit temporairement l’utilisation de Zoom aux enseignants après un incident et un piratage "obscène"

Singapour a suspendu l'utilisation de l'outil de vidéoconférence Zoom pour les enseignants, après un "incident très grave" lors d'un cours à distance en cette période de confinement.

Selon des informations de la BBC, pendant un cours de géographie à distance organisé via Zoom à Singapour, des images obscènes seraient apparues à l’écran. Deux hommes seraient intervenus ensuite à l’écran et auraient fait des demandes obscènes.

39 enfants suivaient ce cours virtuellement lorsque la vidéo a été piratée, avant que "deux hommes caucasiens" n'apparaissent et fassent des commentaires obscènes. Le cours a été fort heureusement arrêté immédiatement.

Zoom est un outil de visioconférence qui a été rendu public en 2013. Zoom a récemment modifié ses paramètres par défaut pour l'apprentissage à domicile et a publié un guide pour les enseignants afin de sécuriser leurs "salles de classe virtuelles". Jusqu'à l'année dernière, son plus grand nombre d'utilisateurs quotidiens était de 10 millions. En mars 2020 et avec le confinement suite à l’épidémie de coronavirus, le nombre d’utilisateurs quotidien de Zoom a atteint plus de 200 millions d'utilisateurs chaque jour. Cette croissance rapide a causé des problèmes, avec des réunions détournées dans le monde entier.

On ne sait pas comment les pirates ont pu accéder à cette réunion Zoom.  

Par mesure de précaution, les enseignants vont suspendre temporairement leur utilisation de Zoom jusqu'à ce que ces problèmes de sécurité soient résolus. Le ministère de l’Education de Singapour a annoncé vendredi qu’une enquête allait être ouverte après cet incident. 

Singapour a par ailleurs décidé de fermer ses écoles mercredi suite à un nombre important de cas de coronavirus.

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !