Carmen Mola, qui a remporté le prix littéraire Planeta d'un million d'euros, était en réalité un pseudonyme utilisé par trois scénaristes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Les lauréats du prix Premio Planeta 2021 en Espagne, Antonio Mercero, Jorge Diaz et Agustin Martinez, pour leur roman "La Bestia", écrit sous le pseudonyme de Carmen Mola, posent lors de la cérémonie.
Les lauréats du prix Premio Planeta 2021 en Espagne, Antonio Mercero, Jorge Diaz et Agustin Martinez, pour leur roman "La Bestia", écrit sous le pseudonyme de Carmen Mola, posent lors de la cérémonie.
©JOSEP LAGO / AFP

Best-seller

Carmen Mola, qui a remporté le prix littéraire Planeta d'un million d'euros, était en réalité un pseudonyme utilisé par trois scénaristes

Des scénaristes de télévision ont reçu le prix Planeta d'Espagne pour leur livre écrit sous le pseudonyme de Carmen Mola. Agustín Martínez, Jorge Díaz et Antonio Mercero ont déclaré avoir choisi d'écrire sous un même nom parce que le travail collectif n'est pas aussi valorisé dans la littérature.  

Vendredi soir, le prix Planeta d'un million d'euros - le trophée littéraire le mieux payé au monde - a été décerné à Carmen Mola, une auteure qui était jusqu'à présent présentée comme une femme, une professeure d'université, qui écrit sous un pseudonyme en raison de son désir d'anonymat. Bien que les livres de Carmen Mola soient résolument sanglants, l'écrivain a été présenté comme « l'Elena Ferrante espagnole » – une référence à la romancière italienne recluse et qui publie également ses oeuvres sous pseudonyme.
Mais lorsque le prix principal de la cérémonie de remise des prix Planeta a été décerné, trois personnes sont montées sur le podium à la surprise générale, selon des informations du Financial Times. Aucune d'entre elles n'était une femme. Ces trois individus, Jorge Díaz, Agustín Martínez et Antonio Mercero, ne sont pas des universitaires. En réalité, ce sont des scénaristes qui travaillent pour la télévision espagnole. Ces trois personnes sont les auteurs qui se "cachent" derrière la plume de Carmen Mola. 
Jordge Díaz s'est confié après avoir remporter ce prestigieux prix :
"Nous sommes trois amis qui, un jour, il y a quatre ans, ont décidé d'unir nos talents pour raconter une histoire".
Agustín Martínez a accordé un entretien à l'agence de presse espagnole EFE. Les trois auteurs ont choisi d'écrire sous un seul nom parce que "le travail collectif n'est pas aussi valorisé dans la littérature [que dans] d'autres secteurs artistiques comme la peinture ou la musique".
Carmen Mola, le pseudonyme utilisé par les trois auteurs, était connue pour une trilogie de romans violents mettant en scène Elena Blanco, une inspectrice de police dure avec un penchant pour le karaoké et le sexe occasionnel. Les livres, publiés par Penguin Random House, se sont vendus à plus de 200 000 exemplaires, ont été traduits en 11 langues et sont en cours d' adaptation pour la télévision par Endemol Shine et ViacomCBS International Studios.
Mais le livre de Carmen Mola qui a remporté le prix Planeta est un thriller historique, La Bête, qui relate des meurtres d'enfants lors d'une épidémie de choléra à Madrid en 1834.
The Beast a été soumis sous le pseudonyme de Sergio López, qui s'est ensuite révélé être Carmen Mola, puis dévoilé sous le nom de Díaz , Martínez et Mercero.
Le livre devrait être publié par Planeta sous le nom de Carmen Mola le mois prochain, bien que Mola soit toujours répertorié comme auteure de Penguin Random House.
Financial Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !