Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Chester Hanks est décrit comme blanc de corpulence normale. Il mesure 1M80 pour 70kg, avec les cheveux blonds et les yeux bleus.
©

Alerte

Californie : disparition inquiétante du fils de Tom Hanks

Chester Hanks âgé de 25 ans a disparu depuis le 23 juillet dernier. La police a retrouvé son téléphone dans le désert des Mojaves non loin de la capitale mondiale des drogues de synthèse.

Les stars n'ont pas toujours une vie facile. Après la mort du fils de John Travolta en 2009, c'est au tour de l'acteur Tom Hanks de paniquer. Son fils Chester Hanks, accusé d'avoir détruit une chambre d'hôtel en Grande-Bretagne en juin dernier, a disparu depuis plus d'un mois. Les proches du jeune Chester agé de 25 ans sont très inquiets car il souffrirait d'une dépendance à la drogue, notamment à la cocaïne et aux amphétamines.

Son dernier message posté sur Instagram le 23 juillet a glacé le sang de sa mère l'actrice Rita Wilson : ''Je ne vais plus être sur Instagram pour un moment. Je vais me tirer d'ici'. Depuis Chester, également connu sous son pseudo de rappeur Chet Haze, n'a donné aucun signe de vie à sa famille ou à ses amis. Un proche de la star a confié à Star Magazine : ''c'est comme s'il avait disparu de la surface de la Terre''. Le téléphone de Chester a tout de même été localisé dans la petite commune de Barstow sur la route 66 en Californie.

Cette nouvelle ne devrait pas rassurer ses parents car selon Star Magazine, Barstow serait la "capitale californienne de la méthamphétamine'' au cœur du désert des Mojaves. La méthamphétamine est une drogue de synthèse psyho-stimulante et hautement addictive. Tom Hanks a toujours cherché à protéger au maximum son fils Chester des paparazzis et était plutôt opposé à sa conversion dans le rap.

Lu sur metronews.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !