Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
©Reuters

Flingage en règle

Brigitte Bardot : "Il faudrait mettre en place un régime autoritaire"

L'ancienne actrice revient sur sa vie et sur sa vision de notre société actuelle. Dans son viseur, la politique mais aussi les animateurs télé…

A 82 ans, Brigitte Bardot n'a toujours pas sa langue dans la poche. Pour le Figaro, elle revient sur un documentaire consacré à sa vie. Mais surtout sur ce qui l'horripile aujourd'hui.  "Nous vivons dans une période où tout est vulgaire, ordinaire et médiocre" assène-t-elle. "La France n’a plus le rayonnement, la majesté qu’elle avait. Aujourd’hui, le pays est à l’image de deux qui les dirigent. Depuis Chirac et ses successeurs, les choses ne se sont pas améliorées. Pour redonner de l’éclat au pays, il faut nous redonner des libertés, retrouver un climat serein sans avoir peur des attentats. Il faudrait mettre en place un régime autoritaire."

Interrogée sur sa proximité avec le Front national, elle contente de se présenter comme une "patriote (…) Je suis contre le vivre ensemble, mais je ne suis pas facho, pas plus que Marine Le Pen." Elle assume tout même être en phase avec "la plupart" de ses idées. "Marine Le Pen a la volonté de reprendre la France en main, de remettre des frontières et de redonner la priorité aux Français."

Côté télévision, elle déclare se "régaler" avec "Money Drop" ou "Chasseurs d'appart'" mais ne supporte plus Thierry Ardisson qu'elle trouve d'une "vulgarité épouvantable". Pas mieux pour Laurent Ruquier dont les invités "n’ont plus d’intérêt" et dont les chroniqueurs Vanessa Burggraf et Yann Moix sont rebaptisés  "la blonde qui a une tête de mort et l’autre fou furieux." Hanouna ? "C’est d’une vulgarité, d’une bassesse! C’est la lie de la télé celui-là." Tout le monde est rhabillé pour l'hiver.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !