Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Para bellum

Bolloré attaque France 2 en justice

Ce jeudi soir, la chaîne publique rediffusait un "Complément d'Enquête" intitulé "Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien ?". Le lendemain, l'intéressé les assigne devant le tribunal de commerce de Paris.

Charbonnier pourrait-il aussi être maître hors son logis (de Canal +) ?

Le 21 juillet à 22h40 sur France 2, le documentaire "Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien ?", de l'émission "Complément d'Enquête" du 7 avril dernier repasse à l'antenne.

Une rediffusion qui pourrait coûter très cher à France Télévisions. 50 millions d'euros pour être plus précis. Ce vendredi 22 juillet, Le groupe Bolloré a dénoncé "une volonté avérée de lui nuire en le dénigrant gravement" de la part du service public, au vu de son choix de programmation la veille au soir :

"Afin de mettre un terme à cette campagne insidieuse et de protéger tant les intérêts de ses salariés que de ses actionnaires, le groupe Bolloré a assigné France 2 afin d’obtenir réparation devant le tribunal de commerce de Paris de son préjudice évalué à 50 millions d’euros", indique le groupe de l'homme d'affaires breton dans un communiqué.

Vincent Bolloré entend ainsi dépasser les frontières du contrôle télévisuel après les réformes drastiques de la grille des programmes de "sa" nouvelle chaîne cryptée. Le PDG de Bolloré estime que le document télévisuel "porte atteinte" aux intérêts commerciaux de son groupe.

L'enquête, menée par les journalistes Tristan Waleckx et Mathieu Rénier, retraçait un suivi de six mois des principales activités de l'industriel breton, arrivé à la tête de Canal+ l'été précédent. Des images et des témoignages recueillis au Cameroun et en Guinée plutôt à charge contre le patron de Vivendi, révélant notamment la présence de travailleurs mineurs et de conditions de travail draconiennes.

S'en était suivi un échange interposé entre Vincent Bolloré et le présentateur de Complément d'enquête, Nicolas Poincaré, peu de temps après la première diffusion du reportage en avril dernier. Lors d'une assemblée générale d'actionnaires de son groupe, Bolloré a accusé les enquêteurs d'avoir payé ces témoignages jugés mensongers, ce que la production du documentaire a démenti formellement le 9 juin dernier.

Ni France 2, interrogée par l’AFP, ni les réalisateurs du documentaire-enquête sur l'ascension de M. Bolloré, de l'Afrique à OCB en passant par Autolib' ou le groupe Canal Plus, n’ont souhaité faire de commentaire pour l'instant.

En attendant, vous pouvez vous faire votre propre idée. L'intégralité de l'émission est disponible en replay sur le site de FranceTVInfo. Tant qu'elle y est encore…

Lire aussi : Même mystère, même stratégie, même transgression : Vincent Bolloré est-il le petit frère français de Warren Buffet ?

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !