Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Monnaie 2.0

Bitcoin : une faille pourrait provoquer sa fin

Les personnes qui créent des bitcoins se retrouvent en situation de monopole monétaire et le mettent en danger.

Le bitcoin vit-il déjà ses dernières heures ? Selon deux chercheurs de l'université Cornell, il existerait une faille dans cette monnaie numérique qui risquerait bien de provoquer son déclin puis sa mort. Le problème se situerait dans la création de bitcoins. Celle-ci est en effet géré par des ordinateurs mais consomme beaucoup d'énergie et prend du temps. Résultat : des fabricants de bitcoins se réunissent afin de produire plus, ensemble.

Une situation qui provoque une surproduction, entraînant ainsi une création de monnaie supérieure à la "juste part" que devraient posséder ces personnes. Cette situation de monopole est dangereuse. Selon Emin Gün Sirer, professeur agrégé au Département d'informatique de Cornell, "un groupe minoritaire peut obtenir des revenus au-delà de leur juste part et croître en nombre jusqu'à devenir majoritaire. Lorsque ce point est atteint, le bitcoin n'est plus décentralisé et l'entité de contrôle peut déterminer qui participe à l'exploitation et peut même annuler des transactions à volonté".

Les chercheurs pensent qu'il faut changer la façon dont fonctionne la production de bitcoins en empêchant un pôle de créateurs de monnaie de contrôler plus de 25% de la capacité de production.

A LIRE - La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ?

La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ?
Read more at http://www.atlantico.fr/editions#1ow8AJImio7J04je.99

 

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !