Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Arbres
©wikipédia

Fossiles

Avant la chute d'un astéroïde à Chicxulub, au Mexique, les forêts tropicales semblaient très différentes

Une collision qui a marqué la fin des dinosaures et la fin du Crétacé

Lorsqu'un astéroïde a frappé la Terre à à Chicxulub, au Mexique, il y a 66 millions d'années, près de la moitié des espèces végétales en Colombie ont péri - les fossiles de pollen de ces espèces ont cessé d'apparaître, selon une étude, publiée dans Science le 1er avril et citée par Ars Technica.

L'étude menée par des scientifiques du Smithsonian Tropical Research Institute (STRI) au Panama et soutenue par des scientifiques du Negaunee Institute for Plant Conservation Science and Action au Chicago Botanic Garden.

La forêt tropicale humide a commencé à être envahie par des fougères et des plantes à fleurs qui, bien que présentes avant l'impact, étaient moins courantes qu'elles ne le sont aujourd'hui. Les conifères, par comparaison, se sont effectivement éteints.

Bien que l'étude traite des fossiles colombiens, Carvalho a déclaré que les chercheurs peuvent avoir une idée juste de ce qui s'est passé dans les forêts tropicales ailleurs en Amérique centrale et du Sud, même si les effets de l'impact de l'astéroïde soient quelque peu variables d'une région à l'autre.

La recherche a commencé il y a 20 ans, avec des parties de l'équipe collectant et analysant 6 000 feuilles et 50 000 fossiles de pollen de Colombie. L'examen de ces fossiles a permis à l'équipe de se faire une idée des types de plantes présentes avant et après que l'astéroïde a frappé la planète. Cette séquence représente la biodiversité de la région il y a 72 millions à 58 millions d'années, couvrant à la fois avant et après l'impact. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !