Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Crédits Photo: Reuters
En Australie, le gouvernement a euthanasié près de 700 koalas qui mourraient de faim.

RIP

Australie : le gouvernement a euthanasié près de 700 koalas qui mourraient de faim

"L'opération était indispensable pour éviter des souffrances aux koalas qui ne trouvaient pas de quoi se nourrir", a déclaré la ministre de l'Environnement de l'Etat de Victoria à la télévision.

Ames sensibles s'abstenir. Les autorités australiennes ont abattu près de 700 koalas dans le sud-est du pays où les animaux, trop nombreux, mourraient de faim, a annoncé ce mercredi 4 mars Lisa Neville, la ministre de l'Environnement de l'Etat de Victoria. Les 686 bêtes ont été euthanasiés en 2013 et 2014 dans la région de Cape Otway. "L'opération était indispensable pour éviter des souffrances aux koalas qui ne trouvaient pas de quoi se nourrir", a justifié la ministre sur la chaîne de télévision australienne ABC, assurant qu'elle s'était entourée d'experts pour améliorer la gestion des populations.

La population des koalas, animaux classés comme vulnérables par le gouvernement, est en forte diminution du fait de la perte de leur habitat, de maladies, d'attaques de chiens et d'incendies de forêts. Selon l'Australian Koala Foundation, leur population se chiffre à moins de 100 000 individus. Aussi, la fondation a dénoncé la mauvaise gestion des responsables politique locaux. "Ce qu'ils ont fait est choquant. Pourquoi avoir laissé la situation se détériorer?", s'est insurgé la directrice exécutive de la fondation, Deborah Tabart.

Mais d'après la zoologiste et spécialiste des koalas Desley Whisson, le gouvernement a bien fait d'intervenir à Cape Otway, sauvant ainsi les koalas de "leur destin misérable".  La population de cette zone s'est grandement développée après l'introduction de koalas venant de French Island, une île côtière de l'Etat de Victoria. Cape Otway ne disposant pas de prédateurs de koalas, ces derniers ont proliféré.

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !