Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Archéologie : les "amants de Pompéi" étaient deux hommes
©ANSA

Découverte

Archéologie : les "amants de Pompéi" étaient deux hommes

Les deux corps découverts dans la cité antique appartenaient à deux hommes de famille différentes, révèlent des analyses ADN.

Le 24 août de l'an 79, à midi, le Vésuve entre en éruption et engloutit Pompéi sous quinze mètres de pierre ponce et de cendres. Parmi les vestiges les plus poignants du site figurent les moulages de corps pétrifiés dans la mort de ceux qui furent piégés dans la ville, n'ayant pu fuir à temps. Modelées à partir des cavités laissées par les dépouilles dans la cendre solidifiée, ces vestiges mobilisent toujours les chercheurs, qui analysent au scanner les ossements emprisonnés dans le plâtre des moulages.

Une femme protégeant son enfant, un homme couché face contre terre, un autre recroquevillé se protégeant le visage... 1150 corps d’hommes de femmes et d’enfants sont parvenus jusqu’à nous grâce à la technique mise au point par Giuseppe Fiorelli à la fin du 19e siècle. Parmi eux, deux corps enlacés, découverts en 1914 et rapidement surnommés "Les amants". Si à l'époque, il était considéré qu'il s'agissait d'un homme et d'une femme, l'archéologue qui les avait découvert estimait qu'il pouvait s'agir d'une mère et de sa fille.

A l'occasion d'une exposition, Massimo Osanna, directeur des fouilles de Pompéi, a présenté récemment les résultats d’analyses génétiques réalisées à partir des restes organiques emprisonnés dans le moulage. Il s'avère que les hypothèses étaient fausses et que les deux corps étaient... des hommes. Ils avaient entre 18 et 20 ans et n'étaient pas de la même famille. 

"On ne peut pas affirmer que les deux personnages étaient amants, mais compte tenu de leur position, on peut le supposer. Cependant, il est difficile de le déterminer avec certitude", explique Massimo Osanna, cité par le Corriere del Mezzogiorno.

Lu sur Yahoo Actu

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !