Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture

#MeToo français

Adèle Haenel apporte son soutien à la femme qui accuse Roman Polanski de viol

L'actrice Adèle Haenel a appelé ce samedi 9 novembre à "soutenir" la femme qui accuse Roman Polanski de viol. La comédienne française avait déjà dénoncé il y a quelques jours des "attouchements" subis personnellement lors de son adolescence par un réalisateur.

L'actrice Adèle Haenel a dénoncé le comportement supposé d'un réalisateur français, Christophe Ruggia, il y a quelques jours. Elle aurait subi des "attouchements" lorsqu'elle était adolescente. Elle n'avait pas porté plainte dans le cadre de cette affaire. 

Après ces récentes révélations, Adèle Haenel a appelé ce samedi 9 novembre, à "soutenir"  la Française Valentine Monnier qui accuse le réalisateur Roman Polanski de l'avoir violée en 1975 alors qu'elle avait 18 ans. Les faits sont depuis prescrits. 

La "prise de conscience" depuis le récent témoignage d'Adèle Haenel "nous engage aujourd'hui à accueillir la parole de Valentine Monnier, à la soutenir, à prendre soin de son histoire", selon la comédienne dans un message transmis au Parisien et à Mediapart. Ce message d'Adèle Haenel a été publié dans son intégralité sur Twitter par la journaliste de Mediapart Marine Turchi : 

"Je soutiens entièrement la démarche de Valentine Monnier et je sors bouleversée de la lecture de son témoignage. Je la crois. Sa démarche suscite d'autant plus d'admiration que son agresseur est puissant".

La rédaction du Parisien a publié vendredi le témoignage de la photographe et ancienne mannequin Valentine Monnier. Elle a indiqué avoir décidé de porter publiquement cette accusation contre Roman Polanski suite à la sortie en France du film "J'accuse", qui traite du thème de l'erreur judiciaire et de l'affaire Dreyfus. 

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !