Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Mars 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les zombies du portable : jusqu’à 60% des gens qui marchent dans la rue ne regardent plus devant eux (et le danger ne se limite pas à heurter un lampadaire)

Notre addiction aux téléphones portables nous rend parfois dangereux lorsque nous traversons la rue. Plus globalement, les écrans nous déconcentrent dans tout ce que nous faisons.

Tête baissée

Publié le
Les zombies du portable : jusqu’à 60% des gens qui marchent dans la rue ne regardent plus devant eux (et le danger ne se limite pas à heurter un lampadaire)

Atlantico : Gare aux piétons zombies. Les accidents de la circulation dus à une inattention liée à l'usage de smartphones ou tablettes ont beaucoup augmenté depuis dix ans, comme le montrait une étude publiée en 2013 dans la revue Accident Analysis & Prevention par le Pr Jack Nasar, de l'université de l'Ohio aux Etats-Unis. Les piétons restent parfois les yeux rivés sur un écran pendant qu'ils traversent une route. Pourquoi a-t-on autant de mal à se détacher des écrans au risque de négliger noter sécurité ?

Thierry Baccino : Une cause principale, un engagement trop important dans une activité (lecture, réponse à un mail, /SMS/tweet, vidéo, jeux,…).

Cet engagement provoque une focalisation de  l’attention accrue parce que l’information qui est donnée est très intéressante ou au contraire problématique. On sait en psychologie que l’individu est rarement multitâches, c’est-à-dire que son attention ne se partage pas facilement. L’attention concentrée sur un seul élément (ici un écran) pour des raisons internes à l’individu le place en situation de  « tunnellisation » attentionnelle. On retrouve ce phénomène chez les pilotes d’avion lorsque certains oublient des procédures basiques (comme sortir le train d’atterrissage) parce qu’une information souvent problématique est affichée sur un écran du cockpit. Même une alarme sonore ne parvient à les extraire de l’écran et un accident peut se produire…

Dan Véléa : Nouvelle addiction, la dépendance aux technologies de l’informatique et de la communication apparaît sous diverses formes - dépendance aux écrans, aux jeux vidéo et aux sites Web - reconnues par les spécialistes depuis une vingtaine d’années. Tout au début, les constatations cliniques étaient réduites, mais les développements sans précédent de ces technologies, ont occasionné une véritable explosion des demandes de consultations de la part des patients, des familles mais de l’environnement professionnel. Il est important – pour les professionnels confrontés à ces demandes, mais aussi pour les patients – de préciser s’il s’agit d’une véritable addiction (définie par une focalisation des centres d’intérêts que sur l’utilisation des supports informatique et de la communication, par une souffrance occasionnée par l’absence de ces outils) et surtout d’un mésusage (dans un excès quasi quotidien) de ces outils. Dans tous les cas, les personnes concernées utilisent de manière effrénée ces outils, avec une perte de repères spatio-temporelles (souvent des cas de piétons, ou dans les moyens de transport, mais aussi au volant par des conducteurs négligents. On voit régulièrement des cas extrême, des piétons qui ont les yeux rivés sur un écran (certains en train de jouer, d’autres de lire des courriers…), sans faire attention aux alentours, se mettant de cette manière en danger. Il s’agit d’une preuve de plus de cet aspect addictif des écrans, de la perte de repères, qui occasionne des dangers pour les personnes. C’est notre société, celle de l’hyper communication, de l’immédiaté, de l’absence de résistance face aux frustrations.

L'usage des oreillettes pour téléphoner au volant vient d'être interdit en France, la Suisse a mené en mai dernier une campagne de prévention face à inattention des piétons, quelles autres mesures de prévention peuvent-être envisagées ? Certaines, peut-être fort simples, ont-elles déjà prouvé leur efficacité ?

Thierry Baccino : Comme dit précédemment, l’attention est difficilement partageable et il est vrai que l’usage des oreillettes utilise une partie de l’attention qui devrait être employée à conduire. Donc interdire les oreillettes se justifie mais autoriser le téléphone par haut-parleur comme c’est le cas actuellement n’est pas davantage justifié. Avec l’automatisation accrue et la disponibilité des caméras sur les véhicules, il serait tout à fait possible de détecter automatiquement un mouvement (un piéton, un animal…) et d’envoyer un message d’alerte au conducteur ou même de ralentir automatiquement le véhicule. Des mesures de prévention sont donc possibles mais le conducteur est-il d’accord pour laisser la main à l’ordinateur de bord ? La confiance en un système artificiel n’est pas encore entré dans les mœurs de nos sociétés.

Dan Véléa : Tout message de prévention doit tenir compte de la frustration engendrée par la réduction de ce « loisir » devenu moyen incontournable pour exprimer des émotions, pour se sociabiliser. Revenir à des moyens plus naturels pour communiquer, maintenir un contact réel avec ses amis sont des conditions nécessaires à accepter par les usagers. Il est aussi du devoir fournisseurs d’accès, des réseaux sociaux, de faire de la prévention.

Au delà de notre attention lors de nos déplacements, les écrans provoquent-ils une réelle perte de concentration lorsque nous naviguons d'applications en pages Web ? Qu'est-ce que la "désorientation cognitive" dont parlent les psychiatres ?

Thierry Baccino : La désorientation cognitive consiste à s’égarer dans un espace informatique souvent le Web. Tout le monde a fait l’expérience de rechercher une information sur le Web (souvent au moyen de pages hypertextuelles) et au cours de la navigation de nouvelles informations attirent l’attention du lecteur. Ces informations n’ont quelquefois aucun lien avec la recherche initiale et du coup l’utilisateur se trouve "perdu dans le cyberspace". Il est effectivement plus difficile de lire un texte/un livre sur écran que sur papier car des stimulations incessantes (une publicité, un mail…) interrompent la lecture et la compréhension. Enfin, la lecture sur écran fatigue davantage notre système visuel. Nous avons fait récemment une expérience qui consistait à lire une nouvelle de Maupassant ‘Bel Ami’ soit sur papier, soit sur une tablette LCD. A la fin de la lecture, les lecteurs ressentent une fatigue accrue et des problèmes oculaires (sècheresse de l’œil).

De même, de nouvelles procédures de lecture existent avec l’emploi des smartphones, la lecture Spritz (le texte est présenté mot à mot au centre de l’écran à une vitesse régulière). La compréhension est nettement moins bonne et la fatigue visuelle accrue. Pour plus d’infos sur ces points lire :  Baccino, T., & Drai-Zerbib, V. (2015). La lecture numérique: PUG (Presses Universitaires de Grenoble).

Dan Véléa : Notre cerveau est capable de supporter pour une durée limitée les sur sollicitations sensorielles, mais au-delà d’un effet seuil, les capacités de concentration, d’attention et de vigilance diminuent. Il faut tirer la conclusion que notre cerveau a du mal de fonctionner de manière prolongée dans un mode « multitâche », que nos capacités diminuent après ces surcharges de sollicitations. Il n’est pas anodins que les fabricants de smartphones préconisent justement un mode d’usage monotâche, afin d’éviter ces épuisements.

Les écrans, comme l'écriture et l'imprimerie précédemment, font-ils évoluer notre façon de penser ? Si l'on part du postulat d'un renoncement d'un processus de pensée linéaire, n'est-ce pas au profit du développement d'une pensée en réseau, circulaire, fonctionnant par analogies ?

Thierry Baccino : Ce ne sont pas les écrans qui changeront notre pensée mais plutôt l’outil informatique (Web, ordinateur…) qui permettent d’accéder à la plupart des connaissances mondiales. C’est même dommage que cet outil magnifique (le Web) ne soit reproduit que par de bien piètres supports (écrans rétroéclairés). Nous n’en sommes qu’au début et à n’en pas douter les supports d’information futurs seront forcément meilleurs (l’encre électronique e-ink est déjà une bonne amélioration). En revanche, autant l’accès à une multitude d’informations est appréciable, mais ne pas savoir sélectionner l’information pertinente est problématique. C’est malheureusement souvent le cas, on surfe, on navigue, on "zappe" et il est difficile de se concentrer sur un élément particulier. Utiliser le Web de façon optimale nécessite forcément d’avoir de solides structures mentales qui puissent sélectionner l’information pertinente, l’organiser pour ensuite la mémoriser. En est-on toujours capable dans une société où l’hyperconnectivité est la règle de base (et donc l’hyperstimulation) ? L’outil informatique ne nous permet pas toujours d’organiser ces connaissances mais nous avons encore dans la majorité acquis notre savoir par des livres et des cours scolaires. Que se passerait-il si l’éducation devient exclusivement en-ligne ? Il faudra à tout le moins réguler son usage…

Dan Véléa : Il est indéniable que cette révolution du savoir et du partage des connaissance, représente un tournant majeur dans la société actuelle, dont il faut se préparer, savoir l’utiliser et le maîtriser. On parle de plus en plus des « Brainent », des connexions interneurones, des réseaux de partage et d’enrichissement de la connaissance (inspiré de Wikipédia). Toute cette révolution nécessite un apprentissage approfondi, une redéfinition de nos rapports au savoir.

 

Propos receuillis par Adeline Raynal

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 01/10/2015 - 09:25 - Signaler un abus Piétons et écrans

    Pire, quelques conducteurs lisent leurs écrans au volant, et bien sûr pas à l'arrêt. Pour les piétons rivés à l'écran, cela n'expose qu'eux au danger mais pour les automobilistes, les autres soumis au risque sont beaucoup plus nombreux.

  • Par Stéphane Gayet - 01/10/2015 - 10:58 - Signaler un abus Le titre est fort bien choisi ! (1/2)

    Zombi ou zombi est un mot créole haïtien dont la première acception est "Fantôme d'un mort, revenant ou encore mort-vivant" ; cette acception est donc mystique. La deuxième acception nous rapproche de la vie réelle : "Personne qui paraît vidée de sa substance". La troisième est encore plus concrète : "Personne sans volonté" (référence : dictionnaire le Grand robert de la langue française). Je vois tous les jours des gens à pied, dans les transports en commun, à vélo, en réunion, dans les cafés… comme accaparés par leur téléphone mobile. À ce stade, ce n'est plus une addiction, c'est beaucoup plus grave. Le téléphone rythme la vie de ces gens, leur impose son tempo.

  • Par Stéphane Gayet - 01/10/2015 - 10:59 - Signaler un abus Le titre est fort bien choisi ! (2/2)

    (Suite) Chaque texto reçu est vécu comme une injonction à le lire et à y répondre sans délai ; sans parler des appels vocaux. Le téléphone mobile n'est plus un appareil de communication, c'est un donneur d'ordres. Toutes ces personnes semblent suspendues à leur téléphone comme une personne "normale" peut l'être quand elle attend de façon imminente un appel d'une extrême importance (résultat à un concours ou d'une sélection, naissance, personne en réanimation ou mourante…). La comparaison de l'homme à un zombi est vraiment pertinente : le téléphone mobile est devenu le logiciel de la journée, c'est lui qui devient le nerf et la motivation de l'existence. D'où le caractère approprié de la deuxième acception : "Personne qui paraît vidée de sa substance". Les appareils numériques prennent peu à peu le pouvoir à notre insu, mais de notre plein gré.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Thierry Baccino

 Thierry Baccino est directeur scientifique du LUTIN, professeur de psychologiecognitive des technologies numériques à l'Université Paris 8.

Voir la bio en entier

Dan Véléa

Le Docteur Dan Véléa est psychiatre addictologue à Paris.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur les addictions, dont Toxicomanie et conduites addictives (Heures-de-France). Avec Michel Hautefeuille, il a co-écrit Les addictions à Internet (Payot) et Les drogues de synthèse (PUF, Que sais-je ?, Paris, 2002).

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€