Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 21 Février 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

A vos Walkmans : après le retour du vinyle, le retour de la cassette audio ?

Les ventes de cassettes audio font état d'une hausse de 35% de leurs ventes au cours de l'année 2017, passant de 129 000 ventes en 2016 à 174 000 en 2017.

Vintage postmoderne

Publié le
A vos Walkmans :  après le retour du vinyle, le retour de la cassette audio ?

Les ventes de cassettes audio font état d'une hausse de 35% de leurs ventes au cours de l'année 2017, passant de 129 000 ventes en 2016 à 174 000 en 2017. Si ces chiffres sont encore confidentiels, peut-on imaginer un retour de la cassette au même titre que le retour du vinyle ? 

 
Pascal Comas : Par rapport au vinyle la cassette a l'avantage d’une meilleure portabilité. Elle est plus petite, plus légère, compatible avec la voiture ou les baladeurs audio et moins chère à produire. Mais elle est plus fragile, n’a pas la majesté et les avantages du vinyle en tant  d'oeuvre d’art et support pour l’information sur les artistes et le contexte de l’enregistrement. Mais je ne serai pas étonné de voir la cassette reprendre des parts de marché plus significatives, même si je doute qu’elle atteindront le niveau du vinyle.
D’autant plus que sur le terrain de la matérialité miniaturisée elle serait peut être concurrencée par un autre retour, celui du Minidisc, fantastique support même s’il n’offre pas le charme de l’analogique. 
 

Au delà de la nostalgie, quels sont les avantages que ce support peut encore apporter aux utilisateurs, autant du point de vue musical que pratique ? 

Les attraits de la cassette justifiant le retour actuel sont : le coté vintage pour la nostalgie et l'esthétique, le son analogique du point de vue musical et la taille coté pratique. 
Ajoutons son atout économique face au vinyle plus cher a produire. 
 

Ne peut-on pas voir dans ces tendances une forme de refus du tout numérique, et un attachement à la matérialité "durable" par opposition à des bibliothèques en ligne et en perpétuelle évolution ?

Cela ne fait aucun doute. L’attrait de la nouveauté est derrière nous concernant tout ce qui est numérique. A part pour les DJs professionnels pour qui le matériel continue a évoluer afin de leur offrir portabilité maximum et créativité. Mais pour le “consommateur” de musique, le digital a annihilé le lien charnel, sacré, entre l’oeuvre et son amant. On a des listes infinies sur iTunes ou sur son disque dur, mais on n’a pas le sentiment de posséder quoi que ce soit, d’avoir conquis quelque chose, de l’avoir mérité. Et on n’a pas le plaisir unique de tenir une pochette entre ses mains, ou de voir tourner un disque sur la platine ou une cassette sur son lecteur. Et puis on peut offrir une cassette avec sa sélection musicale, alors qu'une playlist Spotify… 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 24/01/2018 - 21:23 - Signaler un abus Cassette

    Là c'est curieux. Encore, le vinyle il y a une belle pochette, ça tourne gentiment sur la platine. Mais la cassette ça ne ressemble à rien, c'est fragile, ça sonne mal et il n'y a même pas de pochette, et ça a toujours été un second choix, juste pratique en voiture. La nostalgie d'accord, mais il y a des limites.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Pascal Comas

Pascal Comas est trader pour son propre compte, ce qui lui permet d'observer, du point de vue des flux financiers, les effets et conséquences des actions politiques. Son goût pour la musique l'a conduit à collaborer, avec de grandes maisons de disques (Sony et Virgin Music), à la sortie d'albums d'artistes divers et variés (IAM, Massive Attack, Keziah Jones...). Il fut également co-directeur d'une grosse start-up suédoise (Sonox.com), à l'avant-garde de la vente de musique sur internet. En 2003, il publie son premier pamphlet, Pensées à Rebrousse-Poil.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€