Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Voilà à quoi pourrait ressembler le nouveau drapeau britannique si l'Écosse devenait indépendante

En septembre prochain, les Écossais se prononceront par référendum sur le maintien ou non de leur pays au sein du Royaume Uni. Le Flag Institute de Londres vient de publier quelques options à envisager en cas de victoire du "oui".

Quelques pistes

Publié le
Voilà à quoi pourrait ressembler le nouveau drapeau britannique si l'Écosse devenait indépendante

L'Union Jack pourrait être amené à changer Crédit REUTERS/Lucas Jackson

L'Union Jack est un véritable symbole, presque une fierté pour les Britanniques. Ce drapeau, aussi appelé Union Flag, a été adopté en 1707, après l'union des royaumes d'Ecosse et d'Angleterre. Ainsi, le drapeau de Sa Majesté combine la Croix de saint Georges (la croix rouge verticale/horizontale) du drapeau anglais et la Croix de saint André (blanche sur fond bleu) du drapeau écossais. A cette bannière a été ajoutée la Croix de Saint Patrick représentant l'Irlande après l'Union de 1801.

Mais cet emblème historique du Royaume-Uni est menacé. Il pourrait en effet bientôt être amené à évoluer.

Tout dépendra des résultats du référendum qui aura lieu en septembre prochain en Ecosse. Car, depuis quelques années, les envies d'indépendance de cette nation sont de plus en plus affirmées. A tel point qu'une consultation populaire aura donc lieu en septembre pour savoir si oui ou non l'Ecosse se maintient au sein du Royaume-Uni.

L'une des principales répercussions d'une victoire du "oui" à ce vote serait le changement de drapeau. Exit le pays du kilt, l'Union Jack n'a plus de raison d'être. C'est en tout cas ce que répondent 65% des personnes interrogées par le Flag Institute de Londres. C’est pourquoi, ce même Institut a récemment publié quelques options à envisager, le cas échéant. Reprises par The Atlantic, celles-ci excluent pour la plupart la couleur bleue qui orne le drapeau écossais. En voici ci-dessous quelques exemples.

Interrogé par The Atlantic, Charles Ashburner, le directeur de Flag Institute, s'explique : "Nous ne préconisons pas de changer le drapeau. Nous ne conseillons pas de changer le drapeau. Nous n'encourageons pas de changement de drapeau. Notre travail est de faciliter le débat national. Si les gens au Royaume-Uni veulent discuter d'un changement de drapeau, notre job est de faire en sorte qu'ils aient toute l'information en main pour en discuter en connaissance de cause. Nous ne sommes pas financés par le gouvernement et n'appuyons aucun parti politique".

Ce même Charles Ashburner a aussi été interviewé par le journal canadien La Presse. Au cours de cet entretien, il a affirmé : "les chances que le drapeau change sont minces, mais réelles. En Angleterre, l'opinion publique est favorable à cette option. Si l'Écosse se sépare, je crois que les pressions publiques pour changer le drapeau seront énormes". Et celui-ci d'apporter quelques précisions concernant l'Union Jack : "Officiellement, personne n'est responsable du drapeau britannique. Il a été créé en 1603 dans la foulée de l'union des couronnes d'Écosse et d'Angleterre. Mais il n'a jamais été adopté officiellement par le Royaume-Uni. (…) Nous n'avons pas de ministère, dans notre gouvernement, qui est responsable du drapeau. Aucune loi n'empêche de le modifier, ce qui rend donc la chose possible".

Il faut savoir que l'Union Jack occupe une place particulière dans la société britannique. Au Royaume-Uni, au contraire des Etats-Unis par exemple où drapeau flotte tous les jours, il ne peut être hissé qu'un certain nombre de jours par an. L'attachement de la population à ce Union Flag que le vote le 3 décembre 2012 d'une résolution du conseil municipal de Belfast limitant drastiquement l'usage de l'Union Jack (18 jours sur 365) sur les édifices publics, a suscité 40 jours de colère en Irlande du Nord.

Toutefois, à l'heure actuelle, une révision du drapeau est loin d'être acquise. En effet, l'indépendance de l'Ecosse n'est pas à l'ordre du jour car selon un récent sondage, seulement 37% des Écossais comptent voter "oui" au référendum, contre 49% pour le "non".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jemima - 07/03/2014 - 09:01 - Signaler un abus l'Union Jock ...

    celui avec le médaillon fleuri ... très inspiré même s'il manque une touche de brillante et de pois turquoise ... en rajoutant la devise du contributeur précédent qui me parait fort bien convenir ...

  • Par Thot7 - 07/03/2014 - 09:57 - Signaler un abus Il faudra les aider à devenir "libres"

    Comme l'Europe s'occupe du devenir de la Crimée, il faudra s'occuper des problèmes des écossais et demander à Poutine de les aidez également à devenir libres. La position géographique, la bière écossaise, le whisky ainsi que les kilts écossais n'intéressent pas les américains donc, ils laisseront faire sans rien dire. Pauvre Europe dirigée par les marionnettes.

  • Par Ramos - 07/03/2014 - 11:26 - Signaler un abus L'Ecosse oui, la Crimée non ?

    Pourquoi les Ecossais pourraient-ils décider de se séparer du Royaume -Uni (sic) et non les habitants de Crimée. Car Obama a dit non ?

  • Par Teo1492 - 07/03/2014 - 16:01 - Signaler un abus Vive l'Ecosse libre !

    Je parie que les écossais diront oui à l'indépendance. On imagine déjà la tête des intégristes pro-européens...

  • Par Gilles - 07/03/2014 - 16:50 - Signaler un abus Décomposition

    Suivront la Catalogne, le Pays Basque et les Flandres belges ! De toutes façons l'UE ne peut survivre dans son architecture actuelle.

  • Par LeditGaga - 07/03/2014 - 19:31 - Signaler un abus @Gilles

    Puis viendront des quartiers entiers... un exemple, certains quartiers de Mulhouse ne sont pas d'accord avec ceux, plus nombreux, qui étaient sortis spontanément dans la rue dès 17H00, un certain 11 septembre 2001, pour faire la fête, certains de leurs coreligionnaires ayant terrassé le dragon américain ! Possible que des quartiers entiers finissent par réclamer leur indépendance !

  • Par biturige - 07/03/2014 - 22:37 - Signaler un abus sauvez Islay

    bonsoir LeditGaga ,du moment que ces braves gens gardent leurs traditions ,leur belle humeur et surtout l'excellent whisky tourbé produit à l'ile d'Islay ....

  • Par gdv - 08/03/2014 - 08:12 - Signaler un abus Si l'Angleterre quitte l'Europe

    On pourrait assister à une désagrégation du royaume uni et à une demande d'integration de l'ecosse. Ce serait une bonne farce.

  • Par Jean-Pierre - 08/03/2014 - 08:47 - Signaler un abus Et si la GB quitte l'Union Européenne ?

    . Et bien cela fera une étoile de moins sur le drapeau, l'étoile qui symbolise l'entrisme des Etat-Unis d'Amérique qui ne veulent à aucun prix de la concurrence d'une vraie union politique, économique et monétaire. Et puis quoi encore ..... ? . David Cameron a annoncé un référendum d'ici quelques temps. Voilà un vrai sujet ! .

  • Par Baskerville - 10/03/2014 - 22:59 - Signaler un abus Le Royaume-Désuni ?

    Shocking ! Et puis, on ne dit pas Union Jack, c'est vulgaire ; on dit Union Flag, quand on est éduqué. Cela dit, il faut d'urgence demander à 007 d'aller saboter les désirs d'indépendance de ces bloody Scots !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€