Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Voilà pourquoi le chef d’état-major de l’armée britannique s’inquiète des menaces que la Russie fait peser sur la sécurité des câbles sous-marins européens

La Russie est en train d’investir massivement dans ses capacités militaires marines et sous-marines. Selon des responsables militaires britanniques, la sécurité des câbles sous-marins de communication est menacée.

Cible

Publié le
Voilà pourquoi le chef d’état-major de l’armée britannique s’inquiète des menaces que la Russie fait peser sur la sécurité des câbles sous-marins européens

Atlantico : Sachant que la Russie est en train d’investir massivement dans ses capacités militaires marines et sous-marines, quelles sont les défenses actuelles des câbles sous-marins européens face à ce type de menace ? 

Jérôme Robin : Le risque majeur en l’occurrence ne semble pas être prioritairement le fait des Russes, mais bien des Américains. Et cela passe par exemple, par le truchement de rachat fusion-acquisition opportuns d’entreprises technologiques du secteur concerné. On pense immédiatement à l’ancien groupe Alcatel-Lucent. Un leader bien connu en outre, dans le domaine des câblo-opérateurs sous-marins. En ce rendant maîtres des technologies et des brevets propriétés du groupe, mais également des répéteurs sous-marins utilisés pour ré-amplifier le signal au fond des océans entre les différents tronçons de câble, il devient ainsi théoriquement possible d’exercer une surveillance en continu du signal.

Si l’on souhaite « examiner », « filtrer » ou « surveiller » tout le trafic transitant par un réseau de câbles, on peut le faire très facilement. Et ceci, d’autant plus quand on est en réalité le propriétaire des lieux. Dès lors, « pourquoi infiltrer, si l’on peut posséder » ? Pour l’heure, ce sont bien les Américains qui maîtrisent aujourd'hui – et à la source – ces moyens technologiques de transmissions. Nul besoin d’être pro-russe pour le constater. L’un des risques consécutifs à la surveillance des données qui transitent par le moyen des câbles sous-marins, où circulent notamment des informations boursières, ou de trading à haute fréquence, c'est qu'un pays tiers pourrait aisément utiliser sa parfaite maîtrise des installations et les quelques millisecondes d'avance que lui confère leur surveillance, pour influer sur la connaissance des marchés. Dans le cas présent, les mauvais esprits pourraient aisément s’emballer, et imaginer que les Américains puissent utiliser les services de personnalités de pays « amis », avec qui ils coopèrent par ailleurs en matière de défense militaire, pour détourner opportunément l'attention du grand public à leur avantage à travers la diffusion de communiqués d’alertes. C’est de bonne guerre, pourrions-nous dire. C’est peut-être aussi ce qui se passe ici avec les déclarations accusatrices d’un Stuart Peach (le chef d'État-major des armées britannique, Ndlr), qui évoque avec emphase et verve, l’augure d’une « menace russe » sur les câbles sous-marins.

Que se passe-t-il si demain un câble sous marin venait à être sectionné ?

Quand le câble est coupé ou dysfonctionne, les données ne transitent plus à travers lui. Le fonctionnement d’Internet est fort heureusement résilient, et est conçu de telle façon à ce que le débit de données soit dérouté par d'autres voies annexes. Quitte à ce que le trafic général ralentisse en matière de débit. Les entreprises en charge de cette gestion des flux numériques – à l’image de grandes centrales d'aiguillage en quelque sorte – opèrent en conséquence un déroutement opportun des données, pour que le dispositif global puisse fonctionner normalement.

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Robin

Jérôme Robin est spécialiste des nouvelles technologies. Il s'exprime ici sous pseudonyme.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€