Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Violente manifestation de représailles en Corse : les Français ne sont "que" 41% à la condamner et 87% pensent qu'elle pourrait se reproduire dans d'autres villes de France

Selon un sondage exclusif Ifop pour Atlantico, 43% des Français ne condamnent pas non plus le saccage du lieu de prière musulman dans le quartier des jardins de l'empereur. Une écrasante majorité des Français estiment par ailleurs que ces événements ne sont pas isolés et pourraient se reproduire. Des chiffres à mettre en parallèle avec le contexte tendu de la société française actuelle.

Info Atlantico

Publié le - Mis à jour le 31 Décembre 2015
Info Atlantico
Violente manifestation de représailles en Corse : les Français ne sont "que" 41% à la condamner et 87% pensent qu'elle pourrait se reproduire dans d'autres villes de France

Deux pompiers et un policier ont été agressés, le 24 décembre dans le quartier des Jardins de l'Empereur, à Ajaccio, lors d'une embuscade, provoquant des manifestations racistes et le saccage d'une salle de prière musulmane. Crédit Capture /Youtube

Atlantico : Le sondage réalisé montre qu’une majorité de Français ne condamnent pas forcément les manifestations qui ont suivi l’agression de pompiers corses le soir de Noël. Quel enseignement principal retenez-vous de cette photographie d’opinion ?

Jérôme Fourquet : Nous avons dissocié dans cette enquête tout d'abord la mobilisation d’une partie de la population ajaccienne et sa venue dans un quartier sensible, et ensuite le fait qu’un lieu de prière musulman ait été saccagé. Même si les deux événements sont liés, on voit avec les résultats que nous ne sommes pas sur le même registre. Concernant la manifestation, nous avons 41% des Français qui la condamnent. Ils sont donc minoritaires au sein de la société française, dans un climat post-13 novembre où le lien entre menace terroriste et détérioration de la situation dans certains quartiers difficiles est de plus en plus fait, notamment avec le profil de certains auteurs des attentats qui venaient de ces quartiers ou avaient un passé de petit délinquant de cité.

La même proportion, 42%, n’approuvent pas cette réaction mais la comprennent. Donc nous voyons bien comment les plaques tectoniques évoluent dans la société française. Enfin, un noyau de 17% approuve la réaction, ce qui est un chiffre relativement élevé. Nous sommes par exemple sur un niveau d’approbation deux fois supérieur à ce que nous avions mesuré au moment de l’affaire des violences envers les cadres d’Air France qui avaient été brutalisés par des salariés en colère. Les contextes sont évidemment incomparables, mais il est intéressant de constater qu’à l’époque il n’y avait que 8% de Français qui approuvaient.

>>>> A LIRE AUSSI : Violente manifestation de représailles en Corse : les Français ne sont "que" 41% à la condamner et 87% pensent qu'elle pourrait se reproduire dans d'autres villes de France

L’onde de choc créée par le 13 novembre a fait bouger les lignes dans la société française. La question des quartiers de non-droit où des représentants de l’Etat ne peuvent plus entrer sans se faire attaquer ou agresser exaspère au plus haut point une partie de la population française, au point qu’une large minorité comprend (et qu’une minorité importante approuve) quand des mouvements spontanés se mettent en branle quelque part pour se faire justice eux-mêmes. "Si l’Etat n’est pas capable de ramener l’ordre dans ces quartiers, il faudra le faire nous-même" : cette démarche aux antipodes de l’Etat de droit est aujourd’hui comprise ou approuvée par une part importante de la population française. Encore une fois, ce chiffre est à replacer dans le contexte post-attentats, mais aussi dans un contexte plus ancien qui est celui de l’historique des dérives constatées dans un nombre important de quartiers. Nous ne parlons pas ici uniquement de la région parisienne, mais également d'un certain nombre de villes où toute une série de faits divers sont venus défrayer la chronique et nourrir le ressentiment et l’exaspération.

En ce qui concerne le saccage de la salle de prière musulmane, 57% des Français la condamnent, cette fois. Ce qui veut dire qu’il y a 43% qui ne la condamnent pas, soit une proportion assez élevée…

Tout à fait. Nous sommes ici en présence d’actes de violence physique mais aussi symbolique. Il s’agit d’un lieu de prière, donc un symbole très sensible, sacré. Ensuite, que vous vous mobilisiez pour faire entendre votre colère vis-à-vis d’un territoire ou d’un quartier qui vous paraîtrait être un lieu de non-droit est une chose, mais que vous fassiez le lien entre une attaque par une bande de jeunes casseurs de policiers ou de pompiers et un lieu de culte musulman, c’en est une autre. Nous voyons bien ce qui est en gestation actuellement. Nous avons dans toute une partie de l’opinion publique un continuum qui s’opère de plus en plus entre le thème des cités sensibles et celui du djihadisme, en passant par la radicalisation islamiste de ces quartiers. L’attaque des pompiers nous ramène aux émeutes de banlieue de 2005. La marche d’une partie de la population ajaccienne vers ce quartier et le saccage d’un lieu de culte musulman par la suite traduisent bien ce continuum. Regardez tout ce qui a été dit sur la ville de Molenbeek et le parallèle qu’on peut faire avec certains quartiers français : ville difficile, problèmes sociaux, forte présence de populations issues de l’immigration, forte emprise de la religion musulmane… Et petit à petit, nous glissons vers le terreau et la base arrière des djihadistes. Le lien, c’est le profil de certains auteurs d’attentats qui sont nés dans ces quartiers et qui ont été connus pour des faits de petite délinquance avant de basculer dans le djihadisme. Il y a donc un continuum qui s’opère dans toute une partie de la population sur ce terrain-là. Pour le saccage d’Ajaccio, nous avons certes quasiment 6 Français sur 10 qui condamnent, un niveau de condamnation de 20 points supérieur à celui de la seule manifestation, mais nous avons 1/3 des Français qui comprennent, ce qui est un chiffre impressionnant, et 11% qui approuvent.

(Une erreur s'est glissée sur ce tableau. Il faut comprendre 57% pour le premier chiffre, et non 58%).

(Une erreur s'est glissée sur ce tableau. Il faut comprendre 57% pour le premier chiffre, et non 58%).

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 30/12/2015 - 18:43 - Signaler un abus ☺ Traitement de faveur ?

    On a connu les Corses plus vindicatifs envers des "continentaux" ! Des CGTistes sont beaucoup plus violents sans que personne ne trouve rien à redire ! Je suis étonné ! Probablement que les nouveaux élus (avec le concours des votes hallal :-) ont fait fonctionner réseaux et relais pour calmer le jeux ! Montrer l'impuissance de l'état et leur propre puissance de conviction n'est certainement pas pour leur déplaire !

  • Par Anguerrand - 30/12/2015 - 20:52 - Signaler un abus La révolte des " de souches" contre les banlieues

    Je suis convaincu qu'après la réaction des corses contre les musulmans qui attaquent en toute impunité la police, les pompiers, le corps medical, etc, il ne se passera plus d'incidents majeures.. Cazeneuve dit toujours qu'il réagira ( avec des policiers qu'il retire d'un autre lieu), Taubira les relâchent quand rarement ils sont arrêtés. En un mot l'état ne fait pas son travail. Alors oui, il serait souhaitable que les " de souches"réagissent Sur le continent comme en Corse afin que la peur change définitivement de camp. Dans ces banlieues tout le monde connaît les responsables, les musulmans sont sensibles au rapport de force y compris quand il est en leur faveur comme actuellement, alors qu'ils livrent à la police les responsables et que les musulmans se rendent compte que les francais ne veulent pas de leurs valeurs pourries et moyenâgeuse.

  • Par Celan1971 - 30/12/2015 - 21:23 - Signaler un abus Ouverture au meurtre ?!

    "nous sommes toujours et encore sur la question du degré d’ouverture de la société française et du degré d’acceptation d’une certaine forme de multiculturalisme," Les tentatives de meurtres sur les représentants de l'état ou de la force publique sont des formes de multiculturalisme maintenant ?! Dans la bouche d'un "desouche" comme dit Monsieur de Fourquet , on parlerait d'amalgame ...

  • Par vangog - 30/12/2015 - 22:16 - Signaler un abus Un sondeur pour commenter un milieu de cycle...

    Quel choix dérisoire! La réaction Corse est une réaction de survie, après des années de négligence coupable...le peuple corse n'est que le porte-parole du peuple français, émergeant de dizaines d'années de manipulation médiatique par des partis médiocres et des politiciens corrompus. Les corses se disent : "pendant des dizaines d'années, les médias nous ont tu ce qui se passait dans les quartiers, les policiers, pompiers, infirmiers agressés, mais nous, on a vu grandir ces cités en Corse en croyant à ce mauvais terme: le vivrensemble gauchiste... Maintenant que nos camarades pompiers se font agresser, en tentant de sauver des vies, nous nous rendons compte de la manipulation meurtrière de ces médias, par ces politiciens gauchistes ( UMPUDIMODEM inclus), et nous n'acceptons pas!"

  • Par adroitetoutemaintenant - 30/12/2015 - 23:00 - Signaler un abus Et si la question avait été posée correctement ?

    « certains manifestants ont saccagé une salle de prière musulmane de ce quartier ». Mauvaise question car la réalité c’est que c’est une salle de prière DEGUISEE en association sportive. Les réponses auraient été meilleures.

  • Par emem - 31/12/2015 - 06:30 - Signaler un abus Plus d'agressions !

    La manifestation de représailles, qui a été relativement modérée, semble néanmoins avoir donné des résultats. C'est au tour de la caillera d'avoir peur. Le rapport de forces s'est modifié.

  • Par Anguerrand - 31/12/2015 - 07:53 - Signaler un abus A adroitetoutemaintenant

    Si on a la confirmation que la " salle de prière" etait déclarée comme association sportive, on se rend compte du niveau de désinformation des medias actuelles. Cette " mosquée" sera t elle fermée Car illégale? Il ne faut pas rêver. Une chose m'a frappé les Corans vaguement brûlés étaient tous en ARABE et non en FRANÇAIS. La langue française n'est elle pas la langue de la république, nul doute que les prêches étaient en arabe. Il n'y a donc pas le début d'une assimilation de la part de ces musulmans.

  • Par C3H5.NO3.3 - 31/12/2015 - 13:15 - Signaler un abus ce n'est qu'un debut

    Il y a un decalage de plus en plus grand entre «elites» autoproclamées et le peuple. Encore une fois, les premiers se reveilleront trop tard, quand les digues auront cédé et que la colère du peuple ne laissera chez eux que quelques survivants.

  • Par emem - 31/12/2015 - 14:20 - Signaler un abus La loi

    N'oublie pas que la loi de l'islam dit :"Quand l'infidèle est le plus fort, courbe-toi.Mais s'il est faible , alors chasse le " Bachaga Boualem (1906/1982)

  • Par legall - 31/12/2015 - 16:19 - Signaler un abus Ils courent toujours ...

    A ce jour, aucun des agresseurs des pompiers et policiers n'ont été interpelés !

  • Par A M A - 31/12/2015 - 17:13 - Signaler un abus Le constat incontournable est

    Le constat incontournable est que la Préfecture d'Ajaccio est condamnable. Elle ne semble pas capable de protéger ses fonctionnaires les débordements religieux d'insoumis aux lois de la République laïque pas plus que d'empêcher quelques citoyens de casser une salle de sport religieuse. Triste carence de l'Etat de Droit. C'est navrant.

  • Par adroitetoutemaintenant - 31/12/2015 - 17:39 - Signaler un abus Salle de prière déguisée en salle de sport

    Intéressant de constater la présence de corans dans une salle de sport. On peut donc les chasser à coup de pieds dans le cu..ran !

  • Par Liberte5 - 01/01/2016 - 11:38 - Signaler un abus Un début , la Corse?

    Personne ne peut dire si ce qui s'est passé en Corse se passera sur le continent. En revanche une chose est sûre: les Français dans un large majorité ne supportent plus que des racailles pourrissent la vie des quartiers et s'attaquent aux pompiers, aux forces de l’ordre etc. Cette lâcheté dont à fait preuve la classe politique depuis des décennies n'est plus acceptable.

  • Par ERVEFEL - 02/01/2016 - 18:32 - Signaler un abus ON POURRAIT AUSSSI FAIRE UN SONDAGE EN CORSE

    pour leurs demander qui seraient favorables pour que la Corse reprenne le contrôle de ses fonctions régaliennes de police et de justice. Après la manifestation de la rue viendra la justice de la rue et la suite logique de l'aspiration des Corses sera de reprendre le contrôle des fonctions régaliennes de justice et de police en Corse. Une belle aubaine pour les indépendantistes! On peut facilement prédire que lorsqu'une Corse indépendante aura réussi à "pacifier" son île, les politiques du continent en seront toujours à tergiverser sur les dogmes du bienvivreensemble, du pasdamalgame, du bienfait du multiculturalisme, de l'égalitarisme, de la responsabilité de l' état concernant la délinquance, du bien fondé et de l'utilité de mettre les délinquants en prison, de l'enseignement obligatoire de l'islam à l'école,etc..., et je pourrais continuer encore longtemps sur "les valeurs" de la gauche que la droite a fait siennes par pleutrerie. Le continent emberlificoté dans ses combats politiques aura bien du mal a retrouvé ses valeurs qui lui permettraient de pacifier le pays et d'éviter la déflagration annoncée depuis longtemps déjà. Bonne année 2016 et un passeport Corse vite! Inch Allah.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’IFOP.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€