Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vague de chaleur globale : pourquoi les températures de ce début juillet sont vraiment exceptionnelles PARTOUT sur la planète

La première semaine de juillet a été inédite en termes de chaleur. Et cela n'aura pas concerné que la France...

Il fait chaud non ?

Publié le
Vague de chaleur globale : pourquoi les températures de ce début juillet sont vraiment exceptionnelles PARTOUT sur la planète

 Crédit LOIC VENANCE / AFP

Atlantico : La première semaine du mois de juillet de cette année 2018 aurait été un épisode inédit de chaleur intense au niveau mondial, avec des températures extrêmes constatées aussi bien en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen Orient, ou en Asie. En quoi cette vague de chaleur a-t-elle été inhabituelle ? 

Frédéric Decker : Tout d’abord, le météorologue Nick Humphrey fait une grossière erreur de débutant : prendre un phénomène météorologique ponctuel, tel que ces pics de chaleur en plusieurs endroits de l’hémisphère Nord, pour évoquer une tendance climatique globale. Or, les deux sont totalement dissociables : d’importantes vagues de chaleur ont déjà eu lieu durant des périodes froides, et des vagues de froid intenses durant des périodes chaudes. Il faut clairement différencier météorologie et climat, sans tout mélanger comme dans cet article.

Effectivement, les pics ou vagues de chaleur se produisent depuis quelques semaines dans plusieurs régions de l’hémisphère Nord, battant parfois des records. Pour rappel, dans l’hémisphère Nord, c’est l’été…

Si ces chaleurs très étendues dernièrement peuvent surprendre, elles sont pourtant bien loin des canicules de l’été 2010 en Russie ou de l’été 2003 en Europe. Car si des records sont tombés ici ou là, il s’agit d’épiphénomènes, de records de chaleur locaux. Fort heureusement, les vases communicants existent toujours : quand il fait trop chaud quelque part, il fait trop frais ou froid ailleurs. Actuellement, fraîcheur ou froid concernent l’Alaska, le Yukon, le sud et l’est des Etats-Unis, le Maroc, le sud du Portugal, l’Andalousie, le nord du Groenland, le plateau de Sibérie jusqu’au Katchamka, une partie de l’Europe Centrale etc…

Dans le contexte de réchauffement moderne que nous connaissons depuis environ 40 ans, il est toutefois logique de voir davantage de zones au chaud qu’au froid, d’autant que ces écarts thermiques se basent sur une normale climatique antérieure à notre période actuelle, donc plus fraîche. Mais, je l’ai déjà dit à plusieurs reprises sur Atlantico, il ne faut pas tomber une nouvelle fois dans ce « catastrophisme réchauffiste » ambiant, imposé par le consensus du GIEC. Sans tomber dans autre extrême climat-sceptique non plus, sous-estimant systématiquement le réchauffement moderne de plusieurs dixièmes de degré, ce qui est loin d’être négligeable à l’échelon global !

Comment expliquer une telle vague de chaleur au niveau mondial ? 

Par des blocages anticycloniques « bien situés » pour envoyer des bouffées de chaleur entre les îles Britanniques et le nord de la Russie ou encore de l’est étasunien à la Baie d’Hudson. Sur une partie de l’Asie, ces mêmes hautes pressions retardent l’arrivée de la mousson humide… qui fera baisser les températures très prochainement. Ce type d’événement est courant en été. Il se produit même parfois au printemps, comme en 2011 en Europe occidentale, ou en automne, comme en 2015 également sur l’Europe. Rien d’inédit, et cela pourrait être pire : entre décembre 1920 et mai 1922, soit un an et demi, des récurrences anticycloniques s’étalaient sur quasiment toute l’hémisphère Nord, provoquant une sécheresse record en Russie, en Europe et en Amérique du Nord, occasionnant du coup une flambée du prix des céréales. L’année 1921 comptabilisa 270 mm de pluie seulement à Paris (normale 650 mm), sachant qu’il tombe en moyenne 300 mm par an… au Sahel ! Le 2eme « record » est loin derrière avec 394 mm en 1842, et l’année 1976 parait pluvieuse avec ses 417mm ! L’été 1921 fut d’ailleurs « brûlant » selon la presse de l’époque et les relevés météo sur ces mêmes contrées. Nous sommes loin, très loin de ce cas très isolé cette année.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par belette - 13/07/2018 - 13:18 - Signaler un abus très bon article

    Pondéré, riche en infos, nuancé... Cela fait du bien.

  • Par belette - 13/07/2018 - 13:19 - Signaler un abus titre stupide

    l'article est remarquable, je l'ai déjà écris. Mais le titre est...

  • Par kelenborn - 13/07/2018 - 16:50 - Signaler un abus oui

    Très bien: ce qui est remarquable, ce sont les précautions oratoires que prend notre auteur et qui rappellent Verdier dans son bouquin ou plutôt qu'attaquer de front les réchauffistes genre Jouzel ou son valet Foucart, il les ridiculise! Ben oui, depuis 1998 la hausse des températures a cessé et on oublie que l'hiver dernier, on a eu des records de froid en Amérique du Nord et en Sibérie! Si on ajoute à cela que les températures mesurées le sont dans des stations urbaines la plupart du temps et qu'autrefois, la clim ( qui réchauffe l'extérieur) n'existait pas, ça commence à sentir le grillé pour les escrocs! Quand la farce aura fermenté c'est un procès pour crime contre l'humanité qu'il faudrait intenter contre ces brigands et leurs complices! Et merci à Trump d'avoir fait de l'accord de Paris ce qui fut fait pour la SDN

  • Par Anouman - 13/07/2018 - 18:48 - Signaler un abus Chaud

    Ca change des articles catastrophistes où tout le monde est moribond dans 50 ans. Mais dans le réchauffement ce qui est important c'est de faire croire qu'il est terrible, parce qu'il y a des éoliennes et des panneaux solaires à vendre, des taxes à coller sur le pétrole et le CO2 et j'en passe.

  • Par kelenborn - 13/07/2018 - 22:44 - Signaler un abus Anouman

    Il est clair que si le réchauffement c'était uniquement les délires de Gore, les beuveries de Borloo, les crétineries de Jouzel et Foucart et les romans pornos écrits par Pachauri ancien président du Giec, il y a longtemps que cela serait terminé! Combien de richesses auront été englouties pour faire la fortune de rapaces avec l'assentiment des gogos!

  • Par Borgowrio - 14/07/2018 - 07:25 - Signaler un abus Hors jeu

    Article de l' AFP , donc sans valeur , ce nid de gauchiste ne perd pas une occasion d'inonder les rédactions françaises de ses articles adroitement orientés . Sans contradicteurs , qu'ils écartent soigneusement ils ont forcément raison ... Comme d'habitude il faudra de nombreuses années pour démasquer les imposteurs ( Rappelez vous les pluies acides en 1970 qui devaient dans les décennies suivantes défolier la planète )

  • Par kelenborn - 14/07/2018 - 10:00 - Signaler un abus Borgowrio

    Non seulement vs n'avez pas lu l'article mais même pas les 5 lignes de la bio!! Vous me faites penser à Vangode: l'écriture précède la réflexion!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Frédéric Decker

Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€