Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Les tueurs qui venaient du froid : Poutine serial killer ?

Des morts et des morts sur le sol britannique. Tous des adversaires du chef du Kremlin.

Bons baisers de Moscou

Publié le
Les tueurs qui venaient du froid : Poutine serial killer ?

Au commencement, il y avait le cas Skripal, un ancien agent double russe, retrouvé empoisonné avec sa fille à Salisbury. À l'origine du drame, un gaz innervant de fabrication russe du nom de Novitchok. Theresa May, choquée et outrée, accusa le GRU, les services secrets russes (on serait tenté de dire "soviétiques" vu leurs méthodes).

Trois grandes capitales occidentales Washington, Berlin et Paris lui emboitèrent le pas en demandant fermement des comptes à Poutine. Pas de doutes pour elles : l'assassin habite au Kremlin !

En effet, les services secrets des pays concernés ont dû fournir des preuves évidentes à leurs dirigeants avant que ceux-ci ne s'engagent dans une crise internationale de première grandeur.

La Russie bien sûr dément. Pour ce faire Poutine a envoyé au charbon son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Sa déclaration vaut son pesant de cacahuètes : " Theresa May a monté cette affaire afin de faire oublier le Brexit" ! Lavrov devait être en petite forme ce jour-là. Ou alors il est complètement nul.

Vous connaissez les matriochkas, ces poupées gigognes russes qui, de la plus grande à la plus petite, s'emboîtent les unes dans les autres ? Ainsi en est-il de la poupée Skripal. Sous elle, beaucoup d'autres poupées décédées ! Quatorze morts suspectes depuis 2008 ! La plus emblématique : celle de Boris Berezovsky, oligarque et adversaire de Poutine, découvert pendu dans sa salle de bain en 2013.

Beaucoup d'autres noms. Des Russes, des avocats liés aux enquêtes sur les assassinats imputés au GRU, un agent du MI5, les services secrets britanniques, un journaliste. Il y a une quarantaine d'années dans une série de films célèbres, James Bond faisait face aux agents du SMERSH, le bras armé de Moscou. C'était au temps de la guerre froide. Aujourd'hui, nous assistons à un remake assez réussi…

À l'arrivée, et pour les besoins d'un nécessaire happy end, 007 gagnait toujours. Cette fois-ci ? On sait que Poutine a le bras très long. Ses adversaires morts en Grande-Bretagne l'ont su à leurs dépens. Mais il arrive qu'on se brûle quand on approche le bras trop près du feu.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par moneo - 18/03/2018 - 11:05 - Signaler un abus trop simple ?stupide Poutine

    je ne sais pas ce qui s'est passé et je ne saurais jamais mais nous sommes dans un monde ou le billard à multiples bandes est de rigueur. Regardez ,on lit ,dans Le Point ,que Rondot était à Nouméa pour organiser la destruction du Rainbow Warrior alors que Mitterand et Fabius criaient à l'innocence.et faisaient nommer un bon expert chenu à Paris. là nous avons un poison made in Russia ,mais nous n'avons pas ( publiquement) ni les noms des assassins ni à quel moment et comment le poison a été administré .Bref un peu court . Dans un procès criminel classique il y aurait relaxe... 2 hypotheses 1/ Poutine est fou , il met en cause les intérêts supérieurs de son pays pour une histoire de vengeance ...A moins que personnellement Poutine et ses proches aient directement soufferts de la trahison du transfuge , j'ai du mal avec cette hypothèse mais ,pourquoi pas, la folie mène le Monde 2/ il y a des services secrets qui veulent absolument détacher l'Europe de la Russie et d'autres qui ont peut être une dent contre Poutine pour d es tas de raisons inavouables mr Rayski il serait urgent qu'on arrête les commanditaires avant de gloser

  • Par cloette - 18/03/2018 - 12:24 - Signaler un abus Mystère et boule de gomme !

    Mystère et boule de gomme ! Pourquoi juste avant les élections ? Il faudrait une enquête fouillée pour voir ce qu'a fait cet agent .Agent double ? S'il détenait une information pouvant compromettre Poutine ou son gouvernement, car pourquoi lui? Les oligarques opposants sont nombreux à Londres . Bref c'est un vrai roman d'espionnage !

  • Par cloette - 18/03/2018 - 12:25 - Signaler un abus Il y a aussi

    des oligarques pro Poutine à Londres et à Paris ....

  • Par WhiteWalker - 18/03/2018 - 12:54 - Signaler un abus Pour acceder à un autre son de cloche

    Cet article est très orienté, et même faux quand il dit que le Novitchok est de fabrication russe. Les recherches étaient antérieures à l'effondrement de l'URSS et le laboratoire, situé dans une autre république devenue indépendante, a été démantelé par les Américains. Un dissident a publié les formules chimiques dans un livre, elles sont dans le domaine public. Pour plus de détails, voir ces articles : https://fr.sputniknews.com/international/201803161035529475-affaire-skripal-agent-novitchok-existence/ https://fr.sputniknews.com/international/201803141035499986-moscou-londres-formule/ https://francais.rt.com/international/48789-johnson-va-jusqu-accuser-poutine-empoisonner-skripal https://sputniknews.com/analysis/201803151062574161-uk-skripal-story-investigation-journalist/

  • Par Borgowrio - 18/03/2018 - 13:07 - Signaler un abus L'hystérie anti Poutine à son comble

    Réécoutez la réaction de Angela Merkel , ce n'est pas ce que vous dites monsieur Rayski , elle est plus que mesurée et se garde bien d'accuser directement Poutine , contrairement à ces pays qui sautent sur l'occasion pour dénigrer " Ras" Poutine . Le pouvoir, bien que très vertical en Russie ne permettrait il pas des initiatives personnelles . En matière d'espionnage , avons nous vraiment des leçons a donner ... Affaire du Raimbow Warrior par exemple

  • Par philippe de commynes - 18/03/2018 - 14:20 - Signaler un abus Quel mobile ?

    les gens qui tiennent poutine pour responsable n'avancent rien.Et si c'était le cas poutine n'aurait il pas plutôt eu intérêt à utiliser des méthodes moins voyantes, du genre un poison ultra-sophistiqué indétectable ... et pas le novichok datant de 1945 que probablement n'importe quel service secret voulant monter une opération false flag a les moyens de se procurer ... et comme le faisait remarquer le représentant du parti conservateur (celui de theresa may) en france sur france 24, skripal avait été échangé contre des agents russes, quel intérêt poutine aurait à convaincre qu'il n'y a aucun intérêt à de tels échanges puisqu'au final ils se feront tuer, la russie ne pourrait plus récupérer ses espions de la sorte, et oui Mr raysky quand on parle de poutine il n'y a pas que des simples d'esprit qui sautent comme des cabris "complot de poutine", "complot". Par contre du côté de services qui auraient voulu faire monter les mesures anti-russes, là le mobile est évident. On peut toujours dire que ç'est quand même poutine parcequ'il est débile, c'est court, vraiment court.

  • Par Sedona - 18/03/2018 - 18:27 - Signaler un abus Opération homo

    Quand flanby avoue avoir ordonné des executions personne ne moufte. Là pour un russe, ébullition mondiale et haro sur Poutine. Vous croyez que la cia, le mossad, la dgse. .. vont féliciter les mecs qui les ont trahis?

  • Par A M A - 18/03/2018 - 18:28 - Signaler un abus Les règlements de compte pour

    Les règlements de compte pour trahison chez les "barbouses" échappent au contrôle des pouvoirs en place, sauf si les deux états en question se mettent d'accord pour se débarrasser, l'air de rien, d'un agent double qui serai devenu "triple".

  • Par Semper Fi - 18/03/2018 - 20:40 - Signaler un abus Quel mobile ????

    Comme @Ph de C, j'ai du mal à trouver un mobile valable pour le Poutine de faire abattre un ancien agent double qui, d'une part a purgé sa peine en Russie (sous Poutine), d'autre part a été échangé (d'où sa présence en UK), et enfin avait une valeur "opérationnelle" si faible puisqu'il vivait en Angleterre sous son identité réelle, sans protection particulière. Par ailleurs, j'ai peine à croire que les services russes soient suffisamment stupides pour signer de manière si flagrante leur action.... sauf s'il fallait absolument pouvoir relier très rapidement l'opération aux russes. Dans ce cas, je ne vois pas ce que Poutine pourrait y gagner, et j'en reviens encore à la question du mobile. En l'absence de mobile évident pour Poutine, j'essaie donc de penser à qui aurait intérêt à lui mettre cela sur le dos, dans les jours précédents les élections et deux hypothèses me viennent à l'esprit. La 1re, la plus "complotiste" : une action occidentale, à laquelle je n'ose pas croire, mais j'ai en tête le précédent du mensonge à propos des armes de destruction massive en Irak. La 2nde, jamais évoquée : une action d'opposants russes à Poutine (lesquels ? aucune idée).

  • Par Lapalatine - 18/03/2018 - 21:44 - Signaler un abus Il semble...

    ...Y avoir beaucoup d'adorateurs de Poutine sur ce site!!!

  • Par padam - 18/03/2018 - 23:40 - Signaler un abus le méchant ours, encore lui

    Que Soeur (ou Mère?) Theresa May déverse un flot, que dis-je un Niagara de compassion sur le sort de ce pauvre espion ou contre-espion Russe, comme c'est touchant!...

  • Par Semper Fi - 19/03/2018 - 01:01 - Signaler un abus @Lapalatine

    Je n'ai aucune adoration pour Poutine... je n'aime simplement pas qu'on essaie de me faire prendre des vessies pour des lanternes, surtout sous la forme d'une quasi déclaration de guerre à la Russie (l'expulsion de 23 diplomates sous préavis d'une semaine est un message extrêmement fort). Dans cette affaire, l'empressement des Brits, des USA, et des autres me rappelle singulièrement l'empressement des USA et des Brits (tiens encore eux !) à nous démontrer qu'il y avait des armes de destruction massive en Irak pour justifier leur folle aventure.

  • Par WhiteWalker - 19/03/2018 - 08:14 - Signaler un abus Adorateurs de Poutine ?

    Atlantico, ne serait-ce que par son titre, n'annonce pas une ligne éditoriale anti-américaine ou anti-occidentale. Si même ses lecteurs sont sceptiques vis-à-vis des accusations britanniques, cela en dit long. Je suis heureuse de voir la bulle d'accusations sans preuve se dégonfler. On ne nous refera pas le coup des armes de destruction massive en Irak.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€