Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 30 Septembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Trop peu et trop tard" contre la crise agricole : l’étrange amnésie de Manuel Valls qui charge l’Europe mais oublie les responsabilités françaises

Alors que Manuel Valls a pointé du doigt lundi la responsabilité de la Commission européenne dans la crise agricole actuelle, le Premier ministre semble oublier que les politiques agricoles européennes sont aussi du ressort de la France, en tant qu'Etat-membre de l'Union européenne qui a notamment contribué à créer la PAC.

C’est pas nous, c’est eux

Publié le - Mis à jour le 12 Février 2016
"Trop peu et trop tard" contre la crise agricole : l’étrange amnésie de Manuel Valls qui charge l’Europe mais oublie les responsabilités françaises

Atlantico : Manuel Valls a pointé ce lundi la responsabilité de la Commission européenne dans la crise agricole actuelle. Une telle attaque de la part du Gouvernement à l'égard de la Commission est elle justifiée ? Quatre ans après l'entrée en fonction de François Hollande, cette déclaration n'est elle pas aussi "facile" que tardive, eu égard à la crise agricole ? En d'autres termes, le Gouvernement a-t-il correctement analysé les enjeux de la PAC dès le début du quinquennat ?

Antoine Jeandey : Que la Commission européenne puisse mieux faire vis-à-vis des agriculteurs européens, c’est indéniable. Récemment, plusieurs éleveurs laitiers européens, dont quelques Bretons, ont été reçus par le Pape. L’un d’entre eux a déclaré à la presse que le Saint Père était leur "dernier espoir" face à la crise.

Ne trouvez-vous pas incroyable que ces éleveurs aient préféré demander une audience au Vatican plutôt qu’à Bruxelles ? Il existe une forme de désespérance par rapport aux politiques menées en agriculture, c’est très visible en France, mais également en Europe.

Pour autant, je trouve surprenant que le Premier ministre exprime par voie de presse sa défiance vis-à-vis de la politique menée par la Commission européenne. Le France fait tout de même partie de l’Europe, donc des décideurs européens. Elle a sa voix au chapitre. Faut-il rappeler que les décisions européennes sont prises par deux instances, le Parlement et le Conseil (donc les Etats), et mises en oeuvre par une troisième, la Commission ?

Dans la Commission, nous sommes sous-représentés depuis le dernier renouvellement des commissaires (fin 2014). En effet, pour la première fois de l’histoire, aucun Français ne figure parmi les conseillers du commissaire européen à l’agriculture. A l’époque, notre gouvernement semblait soucieux uniquement de recaser Pierre Moscovici (devenu commissaire européen aux affaires économiques), et n’a pas estimé utile de positionner le moindre conseiller au sein de l’instance décisionnelle de la seule politique commune à l’Europe aujourd’hui : l’agriculture. Le résultat est que pour user de lobbying en agriculture, nous n’avons aucun soutien interne... (plus de détails ici)

En fait, il apparaît, à travers cette réflexion de Manuel Valls, un profond désaveu de ses propres choix d’alors, puisqu’il était déjà Premier ministre, et qu’il n’a donc pas jugé nécessaire de faire comme ses prédécesseurs : assurer une présence minimale au plus près des centres de décisions stratégiques.

Jean-Marc Boussard : Il ne fait aucun doute que cette crise est liée aux modifications récentes de la politique agricole commune. Dans ces conditions, les responsabilités directes ne peuvent pas être recherchées autre part qu’à Bruxelles. Cela dit, les autorités de Bruxelles ne sont après tout que les mandataires des états membres. La décision de supprimer les quotas laitiers vient bien de l’ensemble des gouvernements européens, dont fait partie le gouvernement français qui l’a approuvé sans réserve. Il est sûr que les protestations de M. Valls seraient plus crédibles si les représentants de la France à Bruxelles avaient mis en garde leurs collègues des autres pays contre les illusions des intelligentsias économiques et du personnel politique sur l’aptitude du marché à régler tous les problèmes agricoles automatiquement et par miracle... Il aurait pu dire "non" le cas échéant !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par de20 - 09/02/2016 - 07:33 - Signaler un abus Nos Amis Americains sur qui

    Nos Amis Americains sur qui on ne peut pas compter mais qui le savent tres bien pour eux même...

  • Par Anguerrand - 09/02/2016 - 08:22 - Signaler un abus C'est trop facile de se defosser sur l'Europe

    Quand les politiques auront le courage de dire aux agriculteurs qu'ils ne sont pas rentables avec des petites fermes. Que seul un regroupement qui permettrait la création de grandes fermes plus écolos et rentables leur permettra de gagner leur vie. Nous vivons dans une économie ouverte et le consommateur achete ce qui est le moins cher. Mais voilà aucun politique n'a ce courage de l'annoncer au risque de voir des tracteurs ( de fabrication étrangère) bloquer les routes. La France fabrique des tracteurs et du matériel agricole mais les agriculteurs s'achètent du matériel étranger, avant de nous dire qu'il faut acheter leurs produits francais pour les légumes et fruits.

  • Par langue de pivert - 09/02/2016 - 09:47 - Signaler un abus

    Article instructif qui "nourrit" la réflexion des lecteurs. La responsabilité (partielle) des consommateurs, prêts à "bouffer de la merde" sous cellophane, du moment qu'elle soit pas chère, pour payer l'abonnement et le portable "qu'il faut avoir" (ou autre chose) n'est pas évoquée et c'est dommage !

  • Par zouk - 09/02/2016 - 12:40 - Signaler un abus PAC

    Dans le passé largement l'oeuvre de la France, nos partenaires européens nous ont longtemps reproché, et avec raison, les avantages qu'en tirait notre agriculture. Mais obsédé par le besoin de faire de Moscovici le Commissaire européen aux finances, notre brillant gouvernement a négligé d'obtenir au moins un poste de conseiller auprès du Commissaire à l'agriculture. Nos agriculteurs en subissent les conséquences. Dieu de rit de ceux qui pleurent les conséquences de ce dont il chérissent les causes. Et dans le cas, la cause est d'avoir préféré le poste de Moscovici aux agriculteurs. Un gouvernement de simples" manoeuvriers politiques" n'est pas digne de gouverner, en quelque pays que ce soit.

  • Par lasenorita - 09/02/2016 - 13:18 - Signaler un abus Nos gouvernants et nos paysans.

    Nos gouvernants donnent les sous des contribuables français aux terroristes musulmans qui nous envahissent... mais ils oublient nos paysans dont nous avons tellement besoin!...Avant 1962,les paysans vivaient, dans nos campagnes, comme au Moyen Age: pas d'eau, pas d'électricité, pas de gaz, pas de chauffage central, pas de W.C., pas de salle de bains, pas de ''tout à l'égoût'' etc.... dans nos campagnes françaises,... la charrue de nos paysans était tirée par un cheval décharné, etc...etc...pendant ce temps ''la République'' dépensait, SANS COMPTER, pour les musulmans des colonies, si bien que de Gaule a dit que ''l'Algérie était un gouffre financier pour la France'' c'est la raison pour laquelle de Gaulle a DONNE l'Algérie au F.L.N...

  • Par von straffenberg - 09/02/2016 - 13:36 - Signaler un abus PAC

    Nous payons effectivement nos erreurs passées pourquoi ne pas avoir promus de solides conseillers agricoles au sein de Bruxelles . Il fallait caser (entre autres) Mosco .Quant au regroupement de fermes je ne pense pas que plagier le système allemand soit forcément la panacée beaucoup de nos petites exploitations se meurent car nous cumulons prix de vente honteusement faibles et dettes ; la bouée de secours étant je pense la vente directe et la rééducation des clients qui ne cherche que le prix bas ;Mais en France nos politiciens ne savent plus gérer les priorités on préfère manifester pendant des mois pour le mariage pour tous et laisser nos agriculteurs crever en faisant la queue à l'Hyper du coin .

  • Par Benvoyons - 09/02/2016 - 16:09 - Signaler un abus Anguerrand - 09/02/2016 - 08:22 Une petite erreur sur ton

    papier mais John Deere , Massey Ferguson, etc ont des usines en France . Mais pour le reste L’Europe dont la France est en face d'une Révolution Agricole bien plus importante que toutes les autres. Les 2 intervenants parlent de leurs constats mais aucunement de l'action Révolutionnaire qu'il faut mener. Eux même ont peut être peur (ou non pas de solutions viables à présenter) de présenter l' action qu'il faudrait mener! Des solutions existent mais psychologiquement difficile à présenter dans un seul papier sans préparation du peuple Agricole. Il faut qu'il participe à cette évolution psychologique pour qu'ils puissent participer à son élaboration. Juste une information d'ici 2023 + de 74 milliards de $ (estimation minimaliste) dans la robotique Agricole! :)::))

  • Par Eugénie - 09/02/2016 - 19:09 - Signaler un abus Suppimer le porc dans les cantines !

    Le fait de supprimer le porc dans les cantines pour abonder dans le sens de l'islam a fait chuter encore davantage les élevages de porc !! Le porc est une VIANDE française qui ne doit pas être supprimé dans les cantines pour une cause religieuse et communautaire !! Valls est coupable !!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Antoine Jeandey

Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture.

Voir la bio en entier

Jean-Marc Boussard

Jean-Marc Boussard est économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre de l’Académie d’Agriculture.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La régulation des marchés agricoles (L’Harmattan, 2007).

 

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€