Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 26 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ce tiers-monde qui se cache sous nos yeux : l’extrême pauvreté existe aussi en Europe

Dans une tribune publiée par le New York Times, le prix Nobel Angus Deaton a dévoilé l'intensité de la pauvreté "profonde" aux Etats Unis, qu'il estime à 5,3 millions de personnes. L'Union européenne compte, elle, 6,77 millions de personnes en situation de pauvreté absolue.

Misère

Publié le
Ce tiers-monde qui se cache sous nos yeux : l’extrême pauvreté existe aussi en Europe

Atlantico : Dans une tribune publiée par le New York Times, le prix Nobel Angus Deaton a pu dévoiler l'intensité de la pauvreté "profonde" aux Etats Unis, estimant la barrière de 4$ par jour comme étant le seuil d'une pauvreté « absolue », pouvant être comparée aux situations vécues dans les pays les plus pauvres de la planète. Selon les chiffres dévoilés, les Etats Unis comptent 5.3 millions de personnes en deça de ce seuil. Contrairement à certaines idées reçues, l'Union européenne compte pour sa part 6.7 millions de personnes dans cette même situation de pauvreté absolue, et dont les taux les plus élevés se trouvent en Grèce, en Espagne, ou en Italie.

N'assiste-t-on pas à une forme de déni de la situation européenne dans le discours actuel de « l'Europe est de retour » ? N'y a-t-il pas une forme de déni sur la réalité de l'intensité de la pauvreté qui peut exister au sein de l'Union ?  Comment se construit cette géographie de la pauvreté "absolue" européenne ?

Nicolas Goetzmann : Un exemple pour commencer. En 2008, 11.2% des Grecs étaient dans une situation de privation matérielle sévère contre 32.7% des Roumains. En 2016, 22.4% des Grecs étaient dans cette situation, contre 23.8% des Roumains, selon les chiffres d’Eurostat  (ce qui donne une assez bonne idée de la performance de la zone euro en termes de gestion de crise).

Angus Deaton et Anne Case ont identifiéune hausse de mortalité des populations blanches ayant un faible niveau d’éducation aux Etats Unis, pour des causes allant du suicide, à l’overdose ou à l’alcoolisme. Cela aurait dû permettre une prise de conscience de la part des pouvoirs publics. Celle-ci a bien eu lieu dans les médias, certains d’entre eux en réalité, et dans les discours, mais non dans les actes. Ce que cherche à montrer Deaton, c’est que contrairement aux croyances  des uns ou des autres, il n’est pas forcément plus facile d’être pauvre dans un pays pauvre que d’être pauvre dans une « démocratie libérale ». Au-delà des prix pratiqués pour se loger, c’est tout un système de solidarité qui est affaibli dans nos sociétés, que celles-ci soit familiales ou locales. Mais pour en rester aux simples considérations monétaires, les calculs réalisés par l’économiste Robert Allen permettent de placer le curseur de la pauvreté absolue au sein de nos sociétés, soit 4$ par jour. Et effectivement, 6.7 millions de citoyens de l’Union européenne se trouvent en dessous de ce seuil, contre 5.3 millions aux Etats Unis. Les reportages montrant du doigt l’indignité de la situation de précarité de certaines populations américaines devraient également se concentrer sur ce qui se passe chez nous. Lorsque les dirigeants européens font de grands discours sur un fédéralisme européen, ils doivent se rendre compte que l’Union européenne, lorsqu’elle est considérée dans sa dimension globale, est fortement touchée par la pauvreté,  tout en étant encore plus inégale que la société américaine.En raison des très larges divergences de niveaux de vie entre les nations qui la composent, mais également au sein même de ces nations.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 28/01/2018 - 11:29 - Signaler un abus Kärcher

    Mr. Goetzmann, vous cherchez les problèmes ? Vous avez pourtant déjà pu constater que parler de ''pauvreté'' aux lecteurs d'Atlantico, cela les culpabilise énormément et beaucoup de mettent en colère ! Le roi Louis XIV confia à son lieutenant général de la police, mr. de la Reynie, la mission de débarrasser les villes de leur ''cour des miracles''. Des quartiers entiers furent rasés et des dizaines de milliers de pauvres et de truands furent envoyés aux galères, après avoir été marqués d'une fleur de lys, au fer rouge ! Mais, l'idole des papys et mamies d'aujourd'hui, le mari de Carla, Sarko Bling-Bling, lui, il se contenta simplement d'agiter le mot ''Kärcher'', sans jamais le mettre en pratique ! Le plus rigolo (ou consternant), c'est que ces ''braves gens'' se prétendent à la fois ''français'' et ''bon chrétiens'', mais ils et elles ignorent totalement l'existence de mots tels que ''charité'' ou ''fraternité'' ! === https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Cour_des_Miracles

  • Par cloette - 28/01/2018 - 13:00 - Signaler un abus cours des miracles

    Louis 14 fut un grand roi . Rappel "Si ton oeil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne."

  • Par ajm - 28/01/2018 - 14:36 - Signaler un abus Budget social et accumulation du capital.

    En tout cas en France le budget social , feux d'artifice de redistribution , est sans doute le plus important parmi les pays OCDE. Que manque-t-il ? De la croissance . Mais pour pousser la croissance, il faut de l'investissement et de l'accumulation de capital, qui nécessite moins de fiscalité sur les acteurs capables de mener à bien des projets ayant un sens économique, ce qui provoque, au moins dans un premier temps, un accroissement mécanique des inégalités.

  • Par Paulquiroulenamassepasmousse - 28/01/2018 - 16:33 - Signaler un abus Mr Goetzman voudrait nous

    Mr Goetzman voudrait nous faire croire qu'il y a plus de pauvres en Europe qu'aux USA... Il oublie volontairement la démographie qui est de 320 millions aux USA et 530 millions en Europe ce qui donne 1.2 % de pauvres en Europe contre 1.8% aux États-Unis ....Maintenant si Mr Goetzman veut absolument nous convaicre qu'on vit mieux à Cuba ou au Venezuela avec 95% de pauvres, Il peut continuer à balancer des chiffres qui dans l'absolu ne riment à rien.......

  • Par Ganesha - 28/01/2018 - 17:48 - Signaler un abus Cloette

    Comme d'habitude, ce sujet réveille immanquablement chez vous des instincts sanguinaires de djihadiste, de bourreau sadique ! A Riyadh, Raqqa ou Mossoul, le principe de base est le même : couper la main des voleurs. Je me souviens d'avoir vu des amputés en Arabie Saoudite. Il faut dire qu'on trouve des recommandations similaires dans les Évangiles : Matthieu, 5:30 : "Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n'aille pas dans la géhenne." Décidément, je trouve de plus en plus de réconfort dans le Bouddhisme et sa Compassion !

  • Par Ferdinand Urbain - 29/01/2018 - 06:58 - Signaler un abus Et le socialisme ?

    Vous parlez d'une captation des plus riches pour expliquer le nombre de pauvres. Ne vous êtes vous jamais posé la question que le socialisme pourrait en être le grand responsable. Partout ou le socialisme s'est installé, il y a eu paupérisation des populations (France, Grèce, Brésil, Vénézuela, Argentine, Chil) et avant c'était avec le communisme. Il serait peut-êre temps d'arrêter ce discours "progressiste" qui a fait temps de dégâts.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr.

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€