Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 22 Décembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

François Hollande :
un slogan "attendu et banal"

"Le changement, c'est maintenant" : François Hollande a trouvé son slogan pour la présidentielle 2012. Aussi réussi que la "force tranquille" de François Mitterrand en 1981 ou peu efficace comme le "Présider autrement" de Lionel Jospin ?

Le changement, c'est maintenant

Publié le

Atlantico : François Hollande a choisi son slogan pour la présidentielle 2012 : "Le changement, c'est maintenant". Est-ce un slogan efficace ?

Arnaud Mercier : Ce n’est pas très neuf en vérité. D’un autre côté, il y a longtemps qu’il n’y a pas beaucoup de renouvellement dans les slogans de la vie politique française. On retrouve toujours les mêmes mots : « changement », « ensemble » ou « France ». Les formules tournent beaucoup autour de ces termes qui ne donnent pas une idée très précise des choses si ce n’est la volonté d’incarner une rupture avec l’ère Nicolas Sarkozy.

Cette formule, plutôt qu’un vrai rapport à François Mitterrand, est une formule rhétorique que les socialistes ont trouvée pour ne pas simplement parler de « changement ». Il fallait bien trouver quelque chose pour se distinguer un peu. Pour moi, sémantiquement, ça n’importe rien de plus qu’une insistance balourde.

Le mot « changement » est particulièrement attendu. On ne prend pas de risques en prenant quelque chose qui frôle la banalité. Cette prudence est tout à fait en conformité avec la posture du candidat François Hollande. Il ne fallait pas compter sur lui pour prendre une initiative aussi osée que la « France présidente » de Ségolène Royal qui avait surpris.

 

Quels ont été les bons et les mauvais slogans qui ont marqué l'histoire de la Vème République ?

Parmi les plus connus, il y a bien évidemment « La force tranquille » de François Mitterrand en 1981. Il incluait à la fois un esprit de virulence, d’efficacité et en même temps une volonté d’apaisement des choses. Le visuel, en pleine campagne française avec un petit village, allait également dans ce sens. Ce slogan a fait date parce qu’il a permis de bien repositionner François Mitterrand comme le candidat qui pouvait incarner l’alternance politique après 23 ans d’opposition sans inquiéter l’électorat déçu par Valéry Giscard d’Estaing. Plus tard, il y a eu un exemple plus marketing avec « génération Mitterrand ». Finalement, le slogan ne voulait pas dire grand-chose mais, grâce à une idée fédératrice et un visuel fort, il a réussi à s’imposer.

En 2007, Nicolas Sarkozy est parvenu par le visuel à récupérer les forces de l’affiche de 1981 de François Mitterrand. Il y a des parallèles troublants entre les deux. On retrouve le mot « ensemble » qui, malgré sa simplicité, est resté efficace. Les études montrent que c’est l’un des termes qui ont un impact positif dans l’esprit des Français. La campagne du second tour de Ségolène Royal la même année a par contre été innovante avec « La France présidente ». Elle a tenté un coup de force grammatical en assimilant la notion de France au sens participatif et son image de madone. Je ne suis pourtant pas sûr que la lisibilité de ce slogan fût une performance.

Pour les slogans qui n’ont pas bien fonctionné, il y a eu le « Présider autrement » de Lionel Jospin. Il s’est trop positionné dans la rupture avec Jacques Chirac. C’est une erreur, le slogan le positionnant dans une dépendance face au rival. Plutôt qu’un désir du vote pour lui, la formule appelait à un rejet de l’autre. Autre exemple, Valéry Giscard d’Estaing en 1981 : « Il faut un président à la France ». C’était tragique car, dit comme ça, il tendu le bâton pour se faire battre en laissant ses opposants s’étonner d’un « Ah bon ? Parce que jusqu’ici il n’y en avait pas ? ».

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par flogo - 11/01/2012 - 17:57 - Signaler un abus Qu'attendre

    d'un candidat qui se veut être un président "normal" Il a l'aspect, le style, les idées d'un "normal"...d'un normalien ! La droite est faite d'entrepreneur, la gauche de fonctionnaires normaux !

  • Par Lepongiste - 11/01/2012 - 18:00 - Signaler un abus A noter qu'HOLLANDE ne parle plus de

    socialisme dans ces discours !!! Alors je comprends mieux son slogan '' "Le changement, c'est maintenant"

  • Par Lepongiste - 11/01/2012 - 18:11 - Signaler un abus Un slogan attendu et banal !!!

    "C'est l'histoire d'un slogan, attendu et banal Qui apporte chaque jour tout le bien tout le mal Et à l'heure ou l'on se lasse celle ou l'on se dit adieu Avec les soirées d'angoise et les matins merdailleux" ! On dirait du Dalida....

  • Par nikkopol2012 - 11/01/2012 - 18:47 - Signaler un abus La communication politique

    .. un art compliqué. "Le changement c'est maintenant", rappelle furieusement le "présider autrement" de Jospin en 2002... http://www.lepost.fr/article/2012/01/11/2677633_communication-politique.html

  • Par Ravidelacreche - 11/01/2012 - 19:09 - Signaler un abus Proverbe roumain

    « Le changement de chef fait la joie des sots. »

  • Par sam84 - 11/01/2012 - 19:17 - Signaler un abus Y va changer de pédalo?

    C'est une bonne ,idée et qu'il le fasse maintenant,il a raison c'est les soldes Héééééé!!

  • Par Decrauze - 11/01/2012 - 23:20 - Signaler un abus Contrepèterie mitterrandienne

    "Le changement c'est maintenant" devient le "manquement c'est chuintement" avec Hollande, l'autre politique du dommage. Les finances, plus que jamais à sec, vont faire encore plus mal en 2012, point l’année de la fin du monde, mais du poing râpeux dans le fonds national : un fisting pour sonner le rappel, nous faire trébucher, avant l’achèvement. Cf. http://pamphletaire.blogspot.com/

  • Par Aie - 12/01/2012 - 02:39 - Signaler un abus il faudrait

    que Hollande change de costume, il est trop grand pour lui. La France n'a pas besoin d'un mou pour gouverner, mais quelqu'un qui a des c....

  • Par Lepongiste - 12/01/2012 - 11:36 - Signaler un abus Hollande ne veut plus que ses amis socialistes

    continuent de l'appeler '' Culbuto '' !! Il n'est plus premier secrétaire du PS mais candidat à la Présidence...

  • Par jmk.steed - 12/01/2012 - 18:00 - Signaler un abus C'est un bon slogan...

    ... pour François Hollande, puisqu'il change ce qu'il a dit la veille et ne sait pas ce qu'il fera demain.

  • Par Aie - 13/01/2012 - 01:06 - Signaler un abus son slogan lui va bien

    il change d'idée toutes les 12 heures

  • Par Aie - 13/01/2012 - 02:33 - Signaler un abus c'est bien la pauvreté

    59 avenue de Ségur, 75007 Paris à 40 000 euros mois

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Arnaud Mercier

Arnaud Mercier est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Lorraine,  Metz, responsable de l’Observatoire du webjournalisme (http://obsweb.net) au sein du CREM et chercheur associé au Laboratoire Communication et Politique (LCP) du CNRS.

Il est l'auteur de La communication politique (CNRS Editions, 2008) et Le journalisme(CNRS Editions, 2009), Médias et opinion publique (CNRS éditions, 2012).

Le journalisme, Arnaud Mercier

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€